Les journalistes français peuvent-ils être heureux ?

Mémoire présenté et soutenu par Gaetan Tringham

Les résultats de ce mémoire démontrent que les journalistes français sont majoritairement des gens heureux. Plus précisément, 77, 88 % des journalistes interrogés dans cette étude peuvent être considérés comme heureux. Ce niveau de bonheur varie tout de même en fonction des supports journalistiques, des catégories d’âges et a plus faible mesure du sexe. Nous avons également constaté la corrélation entre bonheur dans la vie, bonheur au travail et état de satisfaction des conditions de travail. Malgré ce bonheur relatif, un paradoxe se révèle. Les journalistes ont de nombreuses choses à redire sur le climat dans lequel ils exercent leur profession ainsi que sur leurs conditions de travail. Ceci nous pousse à analyser dans un deuxième temps les problèmes au sein du métier ainsi que d’en proposer des solutions. Des solutions qui auraient ainsi pour but d’améliorer leur bonheur

The results shown in this work highlight the fact that French journalists are, for the most part, happy. More precisely, 77, 88% of journalists surveyed in this study can be considered happy. Their level of happiness varies however according to their age, the type of journalism they do, and to a lesser extent their sex. We demonstrate as well that there is a certain link between happiness in life, happiness at work, and the level of satisfaction of the working conditions of a journalist. Despite their happiness, a paradox comes to light. Journalists have got a lot of things to say about the climate in which they ply their trade and about their working conditions. This pushes us to analyse in second part the problems journalists face as well as offering solutions to these problems. Solutions that would, in theory bring even more happiness to their life.

Categories: EDJ Lab