« Grâce à l’École du Journalisme, j’ai pu découvrir et me professionnaliser dans le métier de mes rêves. Aujourd’hui j’ai à mon arc plusieurs qualités grâce à mes professeurs. »

Étudiant, Promo 2020

« Merci à l’EDJ et tous ses enseignants qui m’ont permis, grâce à leur savoir, d’être à l’aise lors de mes stages, d’avoir confiance en mes capacités et de produire du contenu de qualité dans les rédactions ou je suis passé. »

Étudiant, Promo 2020

« Une pensée à l’EDJ qui réalise un énorme travail pour nous trouver des stages de grande qualité et nous aide à être prêt à intégrer le marché du travail. Merci à tous les profs de l’EDJ qui nous transmettent leurs savoir, leurs envie, mais surtout leur passion pour ce si beau métier. »

Étudiant, Promo 2020

« Je remercie de l’École du Journalisme pour la qualité de ses enseignements au cours de ces trois années. C’est ce qui m’a permis d’obtenir un stage d’une telle qualité et surtout de ne pas avoir été ridicule au cours de celui-ci. »

Étudiant, Promo 2020

« Merci à l’école du journalisme de Nice qui m’a permis, depuis trois ans d’acquérir un maximum de compétences afin de pouvoir être à la hauteur lorsqu’une occasion se présente à moi. »

Étudiant, Promo 2020

« J’aimerai remercier l’École du Journalisme de Nice pour m’avoir aidé dans mon développement professionnel avec cette formation mais aussi avec l’aide apportée dans l’obtention de mon stage. »

Étudiant, Promo 2020

« Je remercie l’école de m’avoir fait confiance en me donnant cette opportunité de stage, je vous en serai toujours reconnaissant. »

Étudiant, Promo 2020

« L’École de Journalisme met tout en oeuvre pour le bien de ses élèves. Des professeurs de grande qualité, des matières primordiales pour un journaliste, enseignées par de vrais professionnels qui aiment partager leurs connaissances.J’ai passé trois ans de grande qualité au sein de vos locaux, trois années basées sur le travail et l’apprentissage mais avant tout le plaisir. Le plaisir d’intégrer en moi le métier que j’ai toujours voulu faire. »

Étudiant, Promo 2020

« J’adresse mes remerciements à l’EDJ, pour avoir toujours cru en moi et à su m’aider à trouver le média pour mon stage qui me convenait. »

Étudiant, Promo 2020

« Un grand merci à l’école, qui m’a ouvert les portes il y’a maintenant presque 3 ans. (…) Une expérience scolaire, professionnelle, mais surtout humaine. »

Étudiant, Promo 2020

« J’ai beaucoup appris sur ces 3 ans. Merci pour les précieux conseils qui m’ont énormément servi. Je n ‘ai pas eu de mal à m’adapter dans l’univers du journalisme et j’ai pu être performante sur le terrain. »

Étudiant, Promo 2020

« Je tiens à remercier également la direction de l’EDJ, qui m’a donné la chance de faire mes preuves et de débuter mes premiers pas au sein d’un grand groupe, merci de m’avoir donné l’opportunité de m’épanouir dans ce que j’aime le plus »

Étudiant, Promo 2020

« Je tiens à remercier l’école pour tout ce qu’elle m’a apporté, de par les connaissances journalistiques et de m’avoir permis d’évoluer en tant que personnes. »

Étudiant, Promo 2020

« À vous, l’EDJ, un grand merci ! Trois belles années de journalisme et de passion s’achèvent. Une aventure de partage qui se termine enfin. Les souvenirs, les moments passés ensemble et l’expérience acquise de tout l’équipe de l’EDJ, du corps enseignant et des étudiants ont laissé place à une passion, un goût du journalisme, sans fin. »

Étudiant, Promo 2020

« Je remercie également l’École du Journalisme de m’avoir aidé à grandir et à devenir la personne que je suis aujourd’hui grâce à son enseignement. »

Étudiant, Promo 2020

« Je tiens à remercier l’EDJ de m’avoir offert un enseignement de qualité, et avoir fait de moi aujourd’hui un futur professionnel compétent. »

Étudiant, Promo 2020

« Je remercie tout l’équipe de l’EDJ et nos professeurs qui m’ont permis d’évoluer et de m’avoir donné les compétences grâce à leurs cours pour me permettre de réussir. »

Étudiant, Promo 2020

« Il est difficile de résumer trois ans d’apprentissage en seulement quelques lignes. Je suis arrivé à l’EDJ avec des objectifs pleins la tête, avec de l’ambition. J’ai côtoyé pendant mes trois ans des professeurs de grande classe et de vrais professionnels, qui aiment enseigner leur profession et qui le font de manière remarquables. (…) Je remercie l’EDJ pour cela. »

Étudiant, Promo 2020

« J’ai passé trois années superbes à l’EDJ, je repars avec les outils nécessaires pour devenir, je crois une bonne journaliste. J’ai été captivé par tous les cours que j’ai suivi, parceque j’ai su m’intéresser à tout, mais aussi parceque les professeurs m’ont permis de m’y intéresser. (…) Je me sens grandi à la fin de ces trois années. J’ai emmagasiné énormément de connaissances : culturelles, politiques, journalistiques … »

Étudiant, Promo 2020

« (…) Tout au long de l’année nous sommes suivis, accompagnés dans nos projets, l’EDJ est à l’écoute et s’adapte à chacun d’entre nous. L’accompagnement sut le marché du travail se fait progressivement, grâce aux différents stages mis en place durant les deux dernières années. »

Étudiant, Promo 2020

« Ces trois années sont passées à toute vitesse. Les études supérieures ne ressemblent à aucune autre. C’est la construction de notre futur qui est en marche. Une aventure que je n’oublierais jamais. J’ai eu la chance d’avoir des enseignements proposés à renforcer ma formation. Tout au long de mon cursus scolaire, j’ai pu mettre en pratique les enseignements reçus et me découvrir une passion pour certains. »

Étudiant, Promo 2020

« L’heure est au bilan pour ces trois années à L’EDJ. Cette expérience a été pour moi l’une des plus stimulantes de ma vie. En trois ans les ont véritablement changées. D’abord d’un point de vue techniques, chacun d’entre nous a réellement amélioré ses compétences sur tous les supports, y compris les réseaux sociaux. Nous en faisons une tout une autre utilisation et mettons à profit notre temps pour s’informer, chose que personne ne faisait auparavant. L’information, c’est l’accès au savoir et l’EDJ a entrouvert cette porte que l’ont doit continuer d’enfoncer. « 

Étudiant, Promo 2020

« L’EDJ m’a permis de confirmer que le journalisme était la voie que je voulais emprunter. J’ai beaucoup appris pendant presque trois années, mais ce que je retiendrais sera surtout le changement que l’école a opéré sur moi. Je suis entré en première année avec des doutes : Est-ce que je suis au bon endroit ? Entourée de bonne personnes ? Finalement, à l’heure de faire le bilan, je me rends compte que ce choix de venir était le bon. J’ai rencontré des personnes remarquables et je pense ressortir comme un vrai professionnel de cette école. »

Étudiant, Promo 2020

« J’ai pu m’épanouir dans cette école grâce aux professionnels du métier. (…) J’ai aussi pu beaucoup apprendre grâce à des journalistes plus locaux comme Grégory Leclerc, que j’ai trouvé passionnant en cours, tout comme Stéphanie Gasiglia. »

Étudiant, Promo 2020

« Je suis arrivé à l’EDJ avec la certitude de faire de l’écrit et avec la crainte de l’oral. Alors si l’envie à l’écrit a persisté, la crainte de l’oral à disparu. J’apprécie désormais la radio et la télévision. Et avec ma timidité, c’est déja un grand pas. (…) C’est ainsi, qu’au-delà de ma formation, ces trois années à l’EDJ m’ont fait grandir. »

Étudiant, Promo 2020

« L’EDJ reste pour moi l’introduction de ma carrière professionnelle. Au cours de ces 3 années passées à l’école, j’ai appris énormément de choses. Une première année plus centrée sur les cours théoriques, la deuxième a permis de réaliser plus de terrain et de média réel pour renforcer mon expérience et développer mon autonomie. La troisième années, plus rythmée et entrecoupée par le stage est aussi importante pour l’obtention du diplôme. »

Étudiant, Promo 2020

« Grâce à cette école, j’ai pu apprendre énormément de ce métier. (…) Le fait de toucher à tous les médias dans cette école est un point positif. Je suis donc bien évidemment satisfait. »

Étudiant, Promo 2020

« Au travers de mes trois années passées au sein de l’école du Journalisme de Nice, j’ai eu l’occasion d’évoluer, pour devenir l’étudiant que je suis aujourd’hui. (…) J’ai pu devenir rigoureux et attentif dans ma manière de fonctionner. J’ai surtout pu apprendre à travailler sur différents supports en touchant un peu à tout. Ce qui me permet désormais d’être un journaliste complet et c’est à mes yeux un très bonne chose. »

Étudiant, Promo 2020

« À l’EDJ, l’apprentissage se fait en majeure partie sur le terrain directement et il n’y a aucune comparaison possible, c’est la meilleure façon d’apprendre. Nous sommes directement confrontés aux problèmes de vrais journalistes ce qui nous forme à nous débrouiller seuls, je pense que c’est un avantage comparé à certaines formations. »

Étudiant, Promo 2020

« Dès les débuts, j’ai senti qu’il s’agissait d’une école sérieuse qui mettait tout en oeuvre pour la réussite de ses élèves. Tout d’abord, en engageant de bons professeurs, qui sont avant tout des professionnels. Avoir comme enseignants des personnes qui sont dans le métier depuis un moment, 30 ans pour certains, est très motivant. »

Étudiant, Promo 2020

« J’ai eu pendants trois ans des profs passionnés, qui voulaient me transmettre un savoir-faire et un savoir-être. Des cours passionnants et pleins de surprises. Dans l’ensemble je suis satisfait d’avoir choisi ce domaine, car il m’ouvrira de nombreuses portes, si je réussis mon année avec succès. Vous avez fait de ce métier ma passion. »

Étudiant, Promo 2020

« J’ai beaucoup appris que ce soit professionnellement ou personnellement. Je suis devenu un homme, j’ai appris à être responsable, mature, humble, se remettre en cause, être organisé et à avoir le goût du travail. (…) J’étais surtout venu ici pour l »encadrement, être suivi et cela à été ke cas, on essaie vraiment de nous comprendre et puis tout au long de la formation nous sommes suivis, c’est du cas pour cas, on fait tout pour qu’a la fin de nos études nous soyons directement sur le marché du travail. »

Étudiant, Promo 2020

« Je suis globalement satisfait de mes années à l’école de journalisme de Nice. Je me souviens lorsque Monsieur Paoli nous a rendu nos premiers papiers avec des notes pas très élevés, en nous disant « A la fin de votre cursus relisez cet article et à quel point vous avez progressé ». Et évidemment j’ai progressé. »

Étudiant, Promo 2020

« Les cours, les professeurs m’ont confirmé, mon idée que j’ai depuis mes 15 ans. Celle de devenir Journalistes. Au delà de l’apprentissage professionnel, je me suis forgée, j’ai mûri. »

Étudiant, Promo 2020

« Je me sens totalement dans la peau d’une journaliste. Conférence de presse, interviews, réunions de groupes.. Je pense avoir trouvé ma place. »

Étudiant, Promo 2020

« J’ai beaucoup appris en arrivant à l’EDJ. Tant du point de vue humain que professionnel. Quand je suis arrivé à Nice, je ne connaissait quasiment rien au métier de journaliste ou que ce que je voyait à la télé. Cela n’est que la partie visible de l’iceberg. Chaque jour passé à l’école m’a permis de progresser. Tout d’abord grâce aux professeurs de l’école qui nous transmettent leurs savoir et sont à l’écoute sur le terrain en reportage est un facteur primordial. »

Étudiant, Promo 2020

« Ce qui alimente ma vocation depuis que je suis étudiant à l’École du Journalisme de Nice est ma passion pour le sport. J’ai tout sacrifié pour elle. Je ne me vois pas ne pas y travailler dans le futur. Depuis l’âge de 5 ans, je suis baigné dans ce monde et je ne compte pas que cela s’arrête. Tout ce qui concerne le sport, j’ai envie de le partager. »

Étudiant, Promo 2020

« J’ai eu la chance d’avoir de très bon professeurs. C’est un des gros atouts de l’EDJ. »

Étudiant, Promo 2020

« L’EDJ, c’est un peu comme un rédaction. La conférence de rédaction le matin, le terrain la journée et le rendu le soir. Grâce à l’école, j’ai appris les bases du journalisme, j’ai enfin pu voir ce qu’il se cachait derrière ce métier aux multiples facettes. Je sais maintenant ce que signifie être le terrain, être devant et derrière une caméra, faire du montage, être devant un micro. »

Étudiant, Promo 2020

« Pendant ces trois années à l’EDJ, je suis passée du statut de lycéenne, ne savant pas totalement ce que j’allais découvrir, à la jeune femme que je suis aujourd’hui. Grâce à cette formation multi-support proposée par l’École de Journalisme de Nice, j’ai su que je voulais vraiment devenir journaliste et dans quel domaine. C’est cette formation pendant les trois années qui m’a permis de découvrir le métier. »

Étudiant, Promo 2020

« Mes années à l’EDJ m’ont permis de bénéficier d’une formation assez complète sur le métier de journaliste. L’apprentissage aux multisupports est un vrai plus pour intégrer le marché du travail. »

Étudiant, Promo 2020

« En 3 ans, j’ai appris énormément de choses. Mes cours à l’école m’ont permis d’être réactive. J’ai acquis énormément de confiance en moi, je n’ai plus peur d’aller voir des gens, de leurs poser des questions. Avec cette confiance, je vois que tout sujet peut être traiter rien n’est impossible tant qu’on est motivé. »

Étudiant, Promo 2020

« Merci de m’avoir donné les moyens de vivre le métier que j’ai dans les tripes. Merci à Marie et Michel pour leur soutien et leurs conseils. »

Laure BRUYAS, Journaliste, 2003

« (…) Quel plaisir d’avoir échangé avec ce dialogue on grandit, on s’enrichit. Félicitations d’avoir fait prospérer l’école. »

Laurent CANONICO, Journaliste, 2003

« J’ai beaucoup apprécié cette rencontre et en particulier l’ouverture d’esprit de la directrice et des étudiants. »

Emmanuel HALPENI, Journaliste, 2003

« Sortez, écoutez, regardez, racontez. Nourrissez-vous des rencontres fortuites, et des conseils avisés. Des échecs, aussi. Se ramasser et recommencer, ça fait partie du jeu.
Vivez cette école comme une expérience ! Prenez ce qu’il y a prendre. Faites votre chemin. Il est long, semé d’embûches. Mais il vaut le coup d’être vécu. »

Étudiant, Promo 2013

« Il ne faut surtout pas compter les heures, le travail est très prégnant afin de préparer plateaux, matchs et autre analyses »

Étudiant, Promo 2011

« Après avoir fait la Une, mon article a un peu fait « le buzz ». C’est toujours sympa de voir le travail récompensé. Je pense qu’être publié et autant relayé est la meilleure des reconnaissances. »

Étudiant, Promo 2021

 » Si j’ai un conseil à donner, c’est d’oser ! Au pire c’est un flop, au mieux c’est une très belle histoire à raconter. Soyez toujours prêts à retomber sur vos pattes »

Étudiant, Promo 2020

« Je suis plus que ravie de rejoindre l’équipe de Femme Magazine ! C’est le premier mensuel féminin au Luxembourg. C’est une nouvelle aventure pour moi, dans un domaine différent, mais c’est ce pour quoi j’ai travaillé et je ne me suis jamais fermé de portes. Et puis je rêvais de travailler à l’étranger, alors c’est chose faite »

Étudiant, Promo 2020

« Beaucoup de fierté d’obtenir cette première carte de presse dans une rédaction comme l’Équipe. Pour moi, je pense que cela a été la rédaction idéale pour démarrer dans ce métier. »

Étudiant, Promo 2020

« C’étais mon premier voyage de presse, j’étais toute excitée à l’idée de couvrir cet événement. Pour ma première accréditation mon sujet est sportif, donc j’étais d’autant plus heureuse. Ça m’a permis d’apprendre tout pleins de choses de cette discipline que je ne connaissais pas, et de rencontrer des personnes du monde entier, notamment des médaillés olympiques… C’était une incroyable expérience »

Étudiant, Promo 2022

« C’était un rêve d’enfant de pouvoir partir sur un circuit pour un média. J’ai toujours du mal à réaliser ce que j’ai vécu. Le contact avec les pilotes, la découverte de la piste et la vie dans le paddock sont des moments géniaux que j’espère revivre très rapidement. »

Étudiant, Promo 2022

« C’est un sentiment étrange et à la fois excitant d’avoir ses premiers articles publiés dans Nice-Matin. C’est une véritable motivation qui, j’espère va me pousser pour ma deuxième année à l’EDJ »

Étudiant, Promo 2023

« J’ai découvert les coulisses d’une émission de télévision, tout le travail qu’il y a derrière et c’est vraiment fascinant. C’est une super expérience pour moi. »

Étudiant, Promo 2021

« Faire un stage de 4 mois au sein d’un tel média, intégrer une telle rédaction, y travailler et côtoyer certaines pointures du métier de journaliste, c’est une opportunité absolument incroyable. Il est tout simplement impossible de voir le temps passer, tant le travail y est plaisant et l’ambiance agréable et détendue. D’autant plus qu’en moins de deux semaines, mon travail est déjà passé en direct dans certaines émissions comme le Super Moscato Show ou encore les Grandes Gueules du Sport. Une fierté. »

Étudiant, Promo 2021

« Effectuer mon stage pour Lepetitjournal.com à Lima m’a permis de découvrir une nouvelle culture et d’aborder de nouvelles problématiques. (…) Grâce à ce stage à l’étranger de 2 mois j’ai pu parcourir le Pérou et mener de belles enquêtes journalistiques. »

Étudiant, Promo 2022

« Ça fait toujours quelque chose de voir son nom dans le journal en bas de la page pour la première fois. C’est une petite fierté mais il faut continuer à travailler pour que ce genre de choses arrivent quotidiennement. Ce n’est que le début, en tous cas je l’espère. »

Étudiant, Promo 2022

« Pouvoir regarder ses propres articles et papiers publiés dans un journal, ça fait vraiment quelque chose ! Depuis que je me suis lancé dans le journalisme lorsque j’avais 12/13 ans, je travaille dur pour pouvoir être récompensé à travers ce genre de choses. C’est un accomplissement et une petite fierté de voir son nom dans le journal. Maintenant il faut continuer à travailler dur et ne rien lâcher ! »

Étudiant, Promo 2023

« Je suis content de pouvoir participer à la vie du club ( Club de handball ASBTP Nice) Je suis arrivé il y a un an et j’ai l’impression d’y être depuis toujours »

Étudiant, Promo 2023

« (…)J’ai trouvé avec ce nouveau travail tout ce que je recherchais dans le métier : la liberté et la diversité des sujets, l’autonomie, et aucune routine. Que ce soit pour couvrir les mouvements sociaux réguliers, les aventures dans la jungle amazonienne ou les rencontres avec des cultures très différentes de l’Europe : Tous les jours, je m’attaque à quelque chose de très différent et de toujours plus enrichissant. »

Étudiant, Promo 2021

« C’est une très bonne expérience que de commencer sa carrière journalistique dans un média indépendant. De plus être dans une petite rédaction aide aussi beaucoup à voir réellement ce qu’il en coûte d’être journaliste. C’est un travail de tous les jours, de la conception à la manutention il ne faut jamais cesser d’entretenir son magazine. »

Étudiant, Promo 2020

« On se retrouve à traiter un déplacement présidentiel, puis le lendemain faire un tout autre sujet. C’est ce que j’aime par dessus tout dans ce métier et surtout en radio. Il faut être réactif pour pouvoir transmettre la bonne information le plus vite possible »

Étudiant, Promo 2021

« Il faut être prêt à rester tard, ce n’est pas un mythe 😉 ».

Étudiant, Promo 2020

« C’est un rythme à prendre, mais c’est déjà gratifiant de pouvoir faire de l’antenne et sentir qu’une rédaction te fais confiance. J’y suis allée au culot et si je peux donner un conseil aux étudiants, c’est d’oser ! »

Étudiant, Promo 2022

 » (…) J’ai beaucoup de chance d’en être là, mais ça a demandé énormément de travail. (..)Je veux vraiment appuyer sur le fait que la polyvalence est la donnée impérative à notre jeune âge pour s’ouvrir des portes. Surtout, si quiconque à des moments de doute, il n’y a pas de secret : c’est le travail de l’ombre qui permet de toucher ses rêves du doigt »

Étudiant, Promo 2019

« Commencer sa carrière en PQR est très enrichissant car nous côtoyons les gens au plus près. Cela permet ainsi de mieux comprendre certaines problématiques et de donner vie à un sujet de façon concrète. »

Étudiant, Promo 2020

« J’ai été réellement flatté et reconnaissant que deux de mes photos aient été sélectionnées et récompensées par un jury de professionnels.Et le fait qu’elles aient côtoyé celles de photographes chevronnés et talentueux est évidemment un honneur. (…) Le photojournalisme c’est aussi ça : capter des instants qui n’ont rien de joyeux ou d’esthétique. Simplement des moments qui marquent une période et qui corroborent un récit. »

Étudiant, Promo 2020

« Quel plaisir et quel honneur que d’être en direct tous les matins, pendant 3h, à la tête des matinales des nouvelles chaînes BFM Marseille et BFM Toulon. Le plus dur est de se lever, le reste c’est la récré ✌🏻 »

Étudiant, Promo 2019

« On a eu la chance (ou l’audace) d’interviewer le président de la République. Une expérience incroyable, qui nous a propulsé dans le monde professionnel du journalisme pendant cette journée. On se sent très chanceuses après cela »

Étudiant, Promo 2022

« Grâce à l’EDJ, j’ai pu intégrer Marianne pour un stage de deux mois au service web. Dès ma première semaine, j’ai pu écrire des articles pour le site internet »

Étudiant, Promo 2022

« J’attendais avec grande impatience le début du stage. Effectuer son stage au sein du média que tu suis depuis toujours, c’est quelque chose.(…) Couvrir les Jeux Olympiques est mon plus grand rêve, l’objectif à atteindre dans ma vie. Et je suis en plein dedans ! (…)Je n’ai pas le droit à l’erreur, mais justement c’est ce qui me plaît le plus ! »

Étudiant, Promo 2023

« J’ai choisi de valoriser mon territoire d’adoption en m’inscrivant dans un projet journalistique très excitant. J’ai vu l’Horizon naître et je compte bien le faire grandir. »

Étudiant, Promo 2021

« Merci… Merci pour tout ce que j’ai pu apprendre, merci pour vos conseils avertis, à tous, merci pour votre gentillesse et vos coups de gueule. Merci pour votre soutien et surtout merci de m’avoir permis de rendre et de partager tout ce que vous m’avez donné. Cette journée restera gravée dans ma mémoire, tout comme les deux ans passés ici. Je ne connais pas de plus beau métier que le journalisme et je ne connais pas meilleure école que « Nouvelles ». »

ODILE COUPÉ, Journaliste et ancienne étudiants de l’EDJ (Promo 1998)

Durant ce stage, j’ai appris à quel point il faut bien savoir gérer son temps le matin. Le temps d’écriture est de deux heures. Ce délai peut sembler long mais il faut concevoir et rédiger la totalité du journal d’informations régionales. Dans ce court délai, il faut prendre connaissance de l’actualité locale en feuilletant le journal Nice-Matin, faire de la veille médias, réaliser une ou plusieurs interviews, écrire les papiers sociaux et culturels avant de prendre la direction du studio d’enregistrement. C’est une dimension du métier que je n’avais pas vécu lors de mon premier stage à 100% radio à Perpignan.

À mon entrée à l’EDJ, j’avais du mal à bien poser ma voix. Tout au long de ma formation, j’ai travaillé pour corriger ce défaut mais les mauvaises habitudes peuvent revenir si on n’y prête pas attention. Au cours de ce stage, Vicky Berardi m’a fait quelques remarques sur ma prise de parole. J’ai par la suite essayé de mieux la poser en prenant le temps de relire mes papiers avant l’enregistrement et cela a été beaucoup mieux même s’il reste à être vigilant sur certaines intonations en fin de phrase.

Étudiant, Promo 2019

Je souhaite remercier l’École Du Journalisme de Nice. C’est grâce à elle que j’ai pu réaliser ce stage chez Women Sports, qui me tenait énormément à coeur en Espagne. Merci également à tous les professeurs de l’école de m’avoir aussi bien préparée à ce stage. Je n’ai jamais rencontré de difficultés majeures, et c’est grâce à eux. Ils ont su me faire progresser, m’apprendre des bases solides pour le métier de journaliste, et grâce à eux, et seulement grâce à eux, j’ai pu être publiée, mes papiers ont toujours été bons, et je leur en suis reconnaissante. Merci à toute l’école de nous permettre de faire des stages de la sorte, avec la bourse ERASMUS, si je ne l’avais pas eu, je n’aurais jamais pu venir. Merci de nous préparer, grâce aux médias réels, aux difficultés du métier. Une fois sur le terrain, dans une rédaction, c’est cela qui fait la différence.

Étudiant, Promo 2019

Il me convient de remercier l’École Du Journalisme de Nice qui m’a accordé sa confiance il y a deux ans en acceptant ma candidature et mon dossier afin d’intégrer ses rangs. J’espère l’avoir représenté de la façon la plus professionnelle possible au sein des rédactions ou j’ai déjà travaillé en stage. Un immense merci à tous mes professeurs, des professionnels pour la majorité dans le milieu du journalisme. Merci pour tous les conseils, toutes ces leçons de vie, ses anecdotes, les enseignements distillés au quotidien. Si je suis au moins déjà opérationnel et prêt à travailler comme journaliste aujourd’hui c’est grâce à eux.

Étudiant, Promo 2019

Je tiens tout particulièrement à remercier les enseignants de l’École Du Journalisme pour l’apprentissage. Je retiens énormément de positif après ces deux années passées au sein de l’école. Cette expérience scolaire dans le sud de la France n’a fait que renforcer mon envie de devenir journaliste. Une envie que j’ai senti grandir un peu plus chaque jour au cours de ce cursus et des différents stages.

Étudiante, Promo 2019

Je remercie l’EDJ pour m’avoir déniché ce stage, bien plus que formateur. L’équipe de l’école de journalisme de Nice met tout en oeuvre, chaque année, afin de trouver les meilleurs stages qui soient à ses étudiants. C’est grâce à leur détermination et leur surmenage pour trouver des stages qui correspondent aux étudiants et à leurs attentes que j’ai pu avoir la chance d’effectuer deux stages au sein de deux rédactions exemplaires : Nostalgie et Virgin Radio. Les deux stages sont très différents mais se ressemblent beaucoup à la fois. Ils m’ont permis d’évoluer et d’en apprendre un peu plus chaque jour sur le métier de journaliste.

L’EDJ nous forme à rédiger des CV les plus propres et les plus vendeurs possibles. Chaque année, au mois de mars, l’administration de l’école se rend à Paris afin de nous placer dans les rédactions les plus prestigieuses et formatrices, tout en respectant nos voeux et nos critères. Sans eux, je n’aurais pas eu l’occasion de me retrouver au sein de si bonnes rédactions, à la renommée nationale. Ils ont su répondre à mes attentes et comprendre ce qui était le mieux pour moi.

Étudiante, Promo 2019

Je remercie l’EDJ de m’avoir formé à ce métier. La majeure partie des cours est très intéressante, tout comme le système de stage. Puis cela m’a permis de rencontrer des collègues de promo qui sont réellement devenus des amis. C’est vraiment plaisant de faire une école où on est tous globalement attiré par les mêmes centres d’intérêts, les mêmes passions. Qu’on puisse se réunir après les cours ou le week-end pour aller voir des matchs, ou d’autres évènements sportifs. Sans l’EDJ cela n’aurait pas été possible.

Étudiant, Promo 2019

Je me sens prête à intégrer le monde du travail. Les « Médias Réels » de l’EDJ, ainsi que mes différents stages m’ont permis de me sentir à l’aise et confiante dans ce que j’entreprends. Les compliments et encouragements de mes différents maîtres de stages m’ont conforté dans ce sentiment. On m’a donné assez de liberté pour que je puisse montrer de quoi je suis capable. Je suis également prête, à faire face aux problèmes que je rencontrerai.

Etudiante, Promo 2018

Les professeurs sont bienveillants. Leur but, c’est de nous transmettre ce qu’ils peuvent nous apprendre. Je ne peux pas témoigner sur « mes copains de promo ». Mais grâce à eux, j’ai appris qu’on ne peut compter que sur soi-même. j‘ai aussi appris que l’on peut construire de grandes choses, comme EDJTV, même si on ne s’entend pas avec ses collègues.
Les stages m’ont permis de m’épanouir dans un métier que j’aime. Les rédactions font confiance à leur stagiaire, et cela nous permet de montrer tout ce dont on est capable. L’EDJ nous pousse à passer par différentes rédactions et différents types de médias pour voir le plus de facette possible du métier. Et c’est très important pour décider de ce que l’on veut devenir.
 

Etudiante, Promo 2018

Aujourd’hui, j’ai 23 ans et je suis sûre du métier que je veux exercer, au moins pour les quinzes prochaines années. Je suis certaine de cela, grâce à mes cours à l’EDJ, mais surtout grâce à mes différents stages. Je suis arrivée à l’école avec déjà un diplôme en poche, et en ne sachant qu’une chose : Je veux faire de l’audiovisuel. J’ai appris à progresser dans un domaine que je connaissais déjà. J’ai appris à écrire et à parler comme un journaliste. J’ai appris à penser et à réfléchir comme une professionnelle de l’information.

Etudiante, Promo 2018

Mes trois ans à l’EDJ : J’ai été ravi des enseignants que j’ai rencontrés à l’école. La grande majorité m’a plu. Ils n’ont été que très peu avec qui ça s’est mal passé. Et ce n’était pas toujours de leur faute. Le droit avec Werner Hoeffner a été dur, mais tellement instructif, les cours de prise de parole avec Fabrice Mauro étaient également très formateurs, la presse écrite avec Stéphanie Gasiglia et Romain Chadran ont été mes enseignements préférés puisqu’ils laissaient beaucoup de liberté et restaient très ouverts. En revanche, l’ambiance au sein de l’école, entre les élèves, m’a souvent mis mal à l’aise. « L’Esprit EDJ » prôné à notre arrivé a vite été remplacé par une concurrence nauséabonde, pas seulement à l’intérieur même des promotions, mais également entre la totalité des élèves. J’ai vu des coups vicieux s’échanger pour quelques points en plus, en vue d’une place plus haute dans le classement. Les derniers mois, ceux pour la course au top 3, n’ont pas poussé les étudiants à augmenter la qualité de leur travail, mais à tenter de faire diminuer celle des autres. Aussi, je pense que ce système de classement ne sert qu’à monter les étudiants les uns contre les autres.

Etudiant, Promo 2018

À la question « êtes-vous prête ?« , je réponds oui, bien qu’on ne le soit jamais assez. Les années d’études que j’ai passées à l’EDJ m’ont permis d’acquérir toutes les compétences nécessaires au métier de journaliste de presse écrite, de radio, de télévision ou de web. Cela est indéniable. Le fait d’avoir été confrontée le plus tôt possible au terrain lors de ce cursus s’avère être un réel atout. Cela se fait notamment ressentir lors des différents stages que j’ai pu faire. Je pense, et je dirais même que je suis certaine, d’avoir toutes les cartes en main pour réussir à m’insérer dans le milieu professionnel.

Ces années d’études et ces trois stages m’ont considérablement préparé au marché du travail. J’ai pu découvrir l’envers du décor, comprendre le fonctionnement de différentes rédactions. Ce dernier stage, réalisé au sein du service presse de la Mairie de Nice a été une révélation pour moi. Au cours de ces huit semaines passées aux côtés des attachés de presse, j’ai pu voir à quel point le métier de journaliste était important, beaucoup plus que ce que je pouvais imaginer. Cela m’a permis de réaliser davantage que nous avons un rôle indispensable et que, sans journaliste, la démocratie irait droit dans le mur. Nous sommes essentiels au bon fonctionnement d’une démocratie. Le cours de Yasmina a pris tout son sens lors de ce stage.

Étant donné que je n’ai pas effectué un stage au sein d’une rédaction de type journalistique, il est difficile d’expliquer en quoi ce dernier stage m’a permis d’intégrer le marché du travail. J’ai appris de nombreuses choses, de nouvelles techniques de travail, mais j’ai surtout découvert un tout autre univers : « l’autre côté », comme on l’appelle. J’ai pu faire mes preuves. J’ai travaillé sans relâche, accepté toutes les missions qui m’étaient confiées. J’ai donné de ma personne sans jamais regarder les horaires. Je me suis montrée investie, sérieuse et serviable ce qui, je pense, s’est fait ressentir au sein de l’équipe. Le plus important, à mes yeux, est que j’ai pu me faire un certain nombre de contacts qui me seront très utiles pour mon métier de journaliste. Ce stage était, pour moi, une toute nouvelle expérience de laquelle je ressors grandie et davantage épanouie.

Où en suis-je ? C’est une très bonne question. Bien que je n’ai que 20 ans, j’ai l’impression d’en avoir dix de plus tant je ressors mature de ces trois années d’études. Je sais à présent ce que je veux et ce que je n’accepte pas. Je peux fièrement affirmer que j’ai désormais confiance en moi, ce qui n’était absolument pas envisageable il y a quelque temps. À présent, je sais que je veux apprendre sans cesse de nouvelles choses sur autant de sujets différents que possible. Je souhaite être en contact des autres, encore et toujours. Je rêve d’écrire articles sur articles jusqu’à crouler sous les sujets. Je désire vivre autant de bouclage de journal que possible. Et la liste est encore longue…

Je suis plus que jamais certaine de vouloir vivre de ma passion : le journalisme. Stendhal disait « le bonheur, c’est de faire de sa passion son métier ». Mon bonheur à moi, c’est d’être journaliste. Ce métier formidable qui allie l’écriture, le savoir, la culture et les rencontre. Ce métier formidable qui a le don de rapprocher les gens et d’ouvrir les esprits.

Etudiant, Promo 2018

Les études, c’est du passé, maintenant place au travail. Plus que quelques semaines avant la fin de mon stage de six mois, je croise les doigts pour trouver rapidement un emploi. Je suis consciente que le métier de journaliste est très demandé, de ce fait les places se font chères. Mais je ne pense pas au négatif. Je vais tout faire pour réussir à décrocher un job, le job que j’ai toujours voulu faire. L’EDJ ne m’a pas aidé à trouver ce stage. J’ai eu l’opportunité grâce à l’école. Cependant, je souhaite réussir par mes propres moyens. C’est pourquoi, dès que j’ai su que j’allais réaliser un stage de fin d’études, je me suis débrouillée à le décrocher toute seule. Chose faite. En revanche, l’École du Journalisme permet d’intégrer le marché du travail. La preuve, sans un enseignement et des simulations d’entretien d’embauche, je n’aurais peut-être pas été capable de séduire les personnes qui me faisaient passer l’entretien en mai dernier. Cette débrouillardise, je l’ai amélioré au fur et à mesure de ces trois années à l’EDJ. Notamment, grâce aux reportages que je réalisais. Il faut toujours réussir à trouver une solution dans le journalisme, et cela, je l’ai bien compris.

Je me sens prête à postuler partout. Que ce soit en France, et même à l’étranger. J’ai envie de travailler pour un média qui me plaît, qui me correspond. Pour cela, je devrais faire des concessions, mais cela ne me fait pas peur. L’école m’a aussi apporté un élément primordial peut être sur le marché du travail : la maturité. Les années passent, et je me rends compte que je suis davantage mature. En arrivant en première année, je n’avais pas la même vision du journalisme. Désormais, je sais ce que je veux et je l’aurais. Je me sens très à l’aise dans les médias proposant un support d’audio-visuel. Dans mon élément face à une caméra ou devant un micro, j’ai l’ambition de devenir présentatrice.

Etudiant, Promo 2018

Il m’est difficile de croire que cela fait déjà trois ans que j’ai commencé cette aventure… Je me revois sur le parvis de l’école en ce mois de septembre 2015. Je n’avais qu’une hâte : découvrir ceux qui allaient être mes nouveaux camarades de classe, mes nouveaux professeurs, cette nouvelle équipe.

D’année en année, j’ai su apprécier la qualité du corps enseignant. À sa façon, chacun m’a appris des centaines de choses. Je pense notamment aux matières théoriques enseignées par Christophe Colette, Pierre Dévoluy ou encore Gilles Zerbib, que j’attendais chaque semaine avec grande impatience. Et puis il y a eu les matières pratiques, celles qui m’ont enseigné les bases du métier tout au long du cursus.

Et il y a mes camarades de classe. En trois ans, j’ai pu découvrir de nouvelles personnalités au caractère parfois bien trempé. Je mentirais si je disais que je n’avais pas fait de belles rencontres : il y a bien trois ou quatre personnes avec qui je garderai contact une fois la cérémonie de diplôme passée. Malheureusement, il y a un bon nombre de personnes que je suis heureuse de quitter. Comme certains autres étudiants, j’ai trouvé dommage l’esprit de compétition, le manque de maturité et la méchanceté prédominent dans cette promotion. Certains élèves, qu’il est facile d’identifier, prenaient plaisir à rabaisser, se moquer, insulter, voir intimider constamment leurs camarades sous prétexte que c’est amusant ou qu’ils étaient bien meilleurs. Au second semestre de cette dernière année, certaines personnes n’osaient plus venir en cours ou bien arrivaient le matin avec la boule au ventre. Si l’ambiance était plutôt bonne lors de la première année, elle s’était considérablement détériorée avec le temps ce qui est plutôt dommage.

Etudiant, Promo 2018

Je ne sais pas si toutes les personnes de ce monde ont la chance de pouvoir être sûrs, certains sereins quant à leur futur métier. Je ne suis pas sûre que tout le monde ait cette incroyable chance.

Moi, je l’ai cette chance-là. Un pouvoir qui, pour ma part est crucial, très important. Je sais désormais, et cela, depuis l’année dernière que c’est ça, que c’est presque une évidence. Je ne me vois pas faire autre chose de ma vie. Vous savez ce qui m’a fait ressentir cela ? Et bien moi non plus. Enfin, je pense savoir et pour en être sûr, je suis passée par plusieurs idées contrastées.

En première année, je doutais, beaucoup. Il y avait peu de matière pratique, on ne touchait pas vraiment du doigt ce pourquoi, on était là. Je ne savais donc pas si ce métier allait me combler toute ma vie.

En seconde année, lorsqu’on a commencé à voir réellement ce qu’était le journalisme cela m’a plu davantage, mais ce n’était toujours pas une certitude. Mon stage de fin de deuxième année, à Radio Émotion, ne m’a pas conforté dans mon choix d’étude. Le déclic a été en troisième année. Toutes les matières pratiques, je les savourais avec un petit avantage pour la télévision et la radio. Je savais donc un peu plus vers quoi me tourner. Les professeurs de l’EDJ sont passionnés et en deviennent passionnants. Il est vrai que Morgan Karim Lebsir, Pierre-Louis Castelli, Dominique Poulain pour ne citer qu’eux veulent vraiment transmettre et c’est un vrai bonheur que d’être en cours avec eux. C’est aussi eux ainsi que la direction de l’école qui m’ont poussé à tout donner pour le stage de dernière année.

Pour moi, le plus important dans la vie est de se lever tous les matins avec le sourire. Être heureuse d’aller travailler, de partager des choses avec différentes personnes, de faire des rencontres extraordinaires, d’apprendre quotidiennement.

Ma maman m’a toujours dit que le plus important pour une femme était d’être INDÉPENDANTE. Et ses mots, je les retiens, j’y pense tous les jours. Elle a raison, être indépendant dans son métier comme dans sa vie personnelle. Si une femme travaille, est heureuse et est indépendante financièrement elle a tout gagné.

Alors comme le dit ma mère, je veux gagner ma vie grâce à ma passion, je veux vivre de cela et être heureuse de faire a tout gagné. J’ai une véritable chance d’avoir trouvé si rapidement, je n’ai pas eu à me tromper encore et encore pour savoir. J’ai eu une autre chance, c’est de baigner dans le journalisme depuis toute petite, mon grand-père, mon père, ma mère, mes oncles, mes cousins…

C’est ce qui coule dans mes veines, le journalisme, et merci, un grand merci à l’École du Journalisme de Nice de m’avoir aidé et d’avoir contribué à mon ouverture sur ce merveilleux métier.

MERCI

Etudiant, Promo 2018

Si le journalisme semblait être un choix évident pour moi à la sortie du lycée, c’est aujourd’hui avec fierté que je peux affirmer que j’ai réellement trouvé ma voie professionnelle. L’écriture a toujours été pour moi une manière importante de transmettre aux autres, et c’est tout naturellement que j’ai appris à m’épanouir dans ce domaine. À mon entrée à l’école, j’attendais avec impatience de connaître tous les petits secrets de la presse écrite. En revanche, j’appréhendais les matières plus « orales », c’est-à-dire la télé et la radio. Le manque de confiance en moi ne jouait pas en ma faveur. J’étais persuadée que j’étais faite pour la presse écrite et uniquement l’écrit en général, et que l’oral ne m’était pas destiné. Pourtant, j’ai appris à dépasser ces angoisses. Je sors plus confiante et enrichie en conseils et technique.

Maintenant sortie de l’école, je me suis confortée dans l’idée que la presse écrite est une réelle évidence. J’ai eu la chance d’effectuer des stages, qui m’ont servi à acquérir de l’expérience et de commencer à m’affirmer en tant que journaliste, en dehors de l’école.

Trois stages dans trois magazines différents, ce qui m’a permis d’observer les divers fonctionnements des rédactions, les différentes techniques de rédaction des articles, en fonction du lectorat du magazine et de la fréquence de parution. Mon premier stage au sein de L’Avenir Côte d’Azur a été la première « vraie » expérience en tant que journaliste de presse écrite. Le magazine hebdomadaire m’a d’autant plus appris que la rigueur et la régularité étaient deux factrices essentielles au journalisme.

Arrivée à L’Observateur de Monaco, dans une autre ville et un autre média, il faut savoir s’adapter rapidement et répondre aux attentes de l’équipe. J’ai pu ainsi toucher un nouveau lectorat, et apporter mes preuves journalistiques au public monégasque. Trends, à travers son magazine, m’a encouragé sur cette voie.

Trois expériences et des études qui m’ont beaucoup apporté, dans mon travail comme dans ma personnalité. À chaque stage, je suis sortie plus assurée, plus confiante, et surtout avec cette envie grandissante de faire de la presse écrite mon support, mon métier.

C’est avec assurance que j’affirme : je suis maintenant prête à entrer dans la vie active. Je suis une journaliste multisupport, issue de l’EDJ de Nice.

Etudiant, Promo 2018

Trois ans se sont écoulés, depuis mes premiers pas à l’École Du Journalisme de Nice. C’est avec soulagement, mais aussi avec un peu d’angoisse que je quitte ainsi l’école pour aller affronter le monde du travail.

Durant ces trois années, j’ai assimilé le métier de journaliste multisupport. Je suis passée par des matières que j’ai appris à aimer malgré mes appréhensions, comme la radio ou la télévision, des matières qui m’ont conforté dans l’idée de ce que je voulais faire de ma vie, la presse écrite.

Je tiens à remercier sincèrement mes professeurs qui m’ont guidée durant ma scolarité à l’EDJ. Un grand merci également à toute l’administration. Pour terminer, je voudrais remercier mes amis « EDJien« , avec qui j’ai passé trois belles années. J’espère que l’on se recroisera bientôt.

Etudiant, Promo 2018

Je ne retiens que du positif de ce stage. J’ai pu me rendre compte qu’il me reste à faire dans certains domaines, mais je me suis rendu compte que j’avais le niveau pour rendre un travail de qualité. Je pense que mes années à l’EDJ m’ont très bien formé, les professeurs que j’ai eu m’ont donné de bons conseils que j’ai su appliquer tout au long de mon stage. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à faire ce stage. Je n’ai pas fait que du sport, mais j’ai adoré travailler sur des sujets divers et variés. J’ai fait de très belles rencontres professionnelles. Des journalistes qui m’ont donné de très bons conseils comme Tanguy Bocconi, Baptiste Guiet, Sébastien Cabrita Dos Santos, Isabelle Rolland, Anne-Natacha Bouillon ou encore Simon Colboc. J’ai essayé de me mettre à la hauteur et je pense avoir réussi. En tout cas, je pense avoir montré que j’étais un jeune journaliste qui ne demandait qu’à apprendre, mais un journaliste disponible et motivé.

Ces années à l’EDJ m’ont formé de la meilleure des façons pour entrer dans le monde du travail et désormais, je pense être prêt. Ce stage est d’ailleurs venu confirmer cette idée, je pense. J’ai réussi pendant trois semaines à parler le même langage journalistique que ces journalistes qui sont dans le métier depuis de nombreuses années. Ces trois années auront été compliquées, mais ça en valait la peine puisqu’aujourd’hui, je me sens vraiment comme un journaliste.

Etudiant, Promo 2018

Ça y est, c’est la fin. Après trois ans passés à l’EDJ, me voilà désormais face au marché du travail. Après de nombreux médias réels et trois stages très enrichissants, je sors grandi et plus que jamais prêt à réussir dans ce magnifique métier qu’est celui de journaliste. Retour sur ce parcours.

Si on me demande comment je me sens aujourd’hui, aux portes du marché du travail, et bien, je répondrai : « je suis déterminé à réussir et je n’ai pas peur de quitter le cycle universitaire ». Car à travers mes études à l’EDJ, j’ai tout appris de ce métier, de A à Z. Si la première année m’a été un peu longue, mais nécessaire, avec notamment les cours d’orthographe et de culture, les deux autres sont passés en un temps éclair tellement je me suis épanouis dans ce que je faisais. Même si cela était déjà une certitude, je me suis aperçue que je ne pouvais exercer aucune autre profession que journaliste dans la vie tellement je me régale avec ce métier. Encore plus quand j’ai été formé à la radio et à la télé. Je vouais déjà une certaine vocation pour ces deux supports, mais les médias réels m’ont plus que jamais conforté dans cette idée. J’attendais avec impatience ces jours-là, en arrivant même à les cocher d’une croix rouge sur mon calendrier tant j’étais impatient.

À travers ces journées, j’ai énormément progressé. J’ai d’abord commencé par les techniques de reportage de ces deux supports. Puis j’ai ensuite travaillé sur les détails, la rigueur, tous ces petits aspects qui rendent un sujet de « passable » à « bon ». Je tiens à remercier Olivier Levasseur, qui m’a transmis toute sa passion et sa vision de construire un reportage. De même que Michaël Lefebvre qui était très à l’écoute de nos questions. En radio, je veux adresser un grand « merci » à Dominique Poulain qui a toujours pris le temps de faire un point complet sur nos productions afin de savoir ce qui allait ou pas, ce qui, pour moi, m’a permis d’énormément progresser. Mais au-delà de ça, c’est l’ensemble de l’apprentissage qui m’a été enseigné, pas seulement sur le plan théorique et pratique, mais aussi professionnel, qui m’a amené là où je suis aujourd’hui. J’ai ensuite pu appliquer tous ces acquis et compétences au cours de mes expériences professionnelles durant mes stages, qui ont abouti sur des piges.

Etudiant, Promo 2018

Tout d’abord, je tenais à remercier l’Ecole Du Journalisme de Nice pour m’avoir formé au métier de journaliste. En particulier la directrice Marie Boselli et Dominique Berenguer pour m’avoir donné une chance de réussir. Mais aussi, Laeticia Bacchieri pour m’avoir trouvé des stages de qualité.

Les enseignants de l’EDJ sont tous des journalistes professionnels, ce qui apporte un vrai plus à l’apprentissage du métier. Grâce à leurs expériences, ils peuvent critiquer et conseiller nos articles, ce qui nous permet une amélioration progressive et constante. Certains d’entre eux vivent avec passion leur métier, et cela se ressent pendant les cours. C’est ainsi que j’ai pu adoré le droit grâce à Werner Hoeffner, la presse écrite grâce à Romain Chardan, la géopolitique grâce à Gilles Zerbib, l’économie grâce à Christophe Colette, ou encore la radio grâce à François Chantrait.

Et l’enseignement à l’EDJ est varié et complet. L’apprentissage est basé sur le multisupport, ce qui permet de toucher à tout et de pouvoir travailler dans n’importe quel média. Les médias réels sont un vrai plus pour se faire de l’expérience. En effet, les cours sont organisés comme dans une rédaction. Chaque matin, nous participons à une conférence de rédaction pour ensuite partir en reportage. En fin de journée, nous rédigeons nos papiers, et par la suite, nos professeurs corrigent nos travaux. Les médias réels permettent de s’entraîner au quotidien et de mettre en pratique nos cours théoriques.

Tout au long du cursus, nous pouvons réaliser plusieurs stages. Cela nous permet d’acquérir de l’expérience et d’améliorer notre façon de travailler. Mon seul regret est que je n’ai pas pu faire un stage à l’étranger. En effet, celui-ci aurait pu m’aider à améliorer mon anglais.

Etudiant, Promo 2018

Ce stage marque également la fin de mon cursus scolaire et donc, par la même occasion, de mes années EDJ. En rentrant dans cette école, je n’avais qu’un seul objectif, très ambitieux peut être, réussir pour pouvoir rentrer à Canal +. Pour l’instant, je suis passé par la petite porte, le stage de ce groupe, mais je compte bien y rester et y poser mes valises.

Ces trois années à l’EDJ ont été très riches, professionnellement comme personnellement. Cette période m’a fait grandir et m’a surtout fait mûrir en tant que personne. J’ai eu la chance de côtoyer des professeurs plein de professionnalisme qui transmettent leur passion pour le métier. J’ai également eu la chance de rencontrer de vrais amis grâce à cette école. C’est pour tout cela que je voudrais remercier particulièrement toute l’équipe pédagogique de l’école et la direction, avec une mention spéciale pour Laetitia, sans qui ce stage, n’aurait jamais vu le jour. L’aventure humaine aura finalement été tout aussi grande que l’apprentissage et le cursus scolaire.

Etudiant, Promo 2018

Mes cinq années d’études supérieures m’ont beaucoup apporté notamment en ce qui concerne la confiance en moi. Ma plus grande faiblesse. Entre les différentes formations que j’ai eu la chance de suivre, mes stages et autres expériences professionnelles, j’ai appris à prendre des responsabilités qui m’ont permises de grandir et gagner en assurance. Je pense que l’école en général ne m’apportera plus grand-chose et que j’en ai fait le tour. Il est temps de mettre en application tout ce que j’ai accumulé ses dernières années dans le seul but d’entrer définitivement dans la vie active. Alors même si une impression d vide s’ouvre à nous dans le sens où il est difficile de trouver un emploi dans ce secteur, je veux prendre le risque.

Plus spécifiquement sur ces trois dernières années à l’EDJ, j’ai eu l’occasion de découvrir un métier qui m’attirait. Aujourd’hui, il me passionne de par sa difficulté, l’exigence qu’il requiert et surtout pour ce qu’il nous apporte au quotidien, des rencontres, du partage, de la découverte… Je mesure aujourd’hui la chance que j’ai eue d’avoir été retenu il y a 3 ans pour intégrer cette école qui m’a permis de découvrir les différents aspects du métier de journaliste. Presse écrite, web, radio ou télé, je me sens capable de travail dans chacun de ces domaines et ça s’est dû à la qualité d’une grande majorité de mes professeurs. À commencer par Werner Hoeffner qui, au fil des années, est devenu plus qu’un simple professeur à nos yeux ! Je n’oublierai jamais les précieux conseils qu’il nous a prodigués ces derniers mois. Je sais que l’on pourra toujours compter sur lui en cas de besoin et pour cela, je tiens à le remercier chaleureusement ! Je tiens également à louer les mérites de Christophe Josse qui m’a permis de me libérer et de développer ma personnalité à l’antenne. C’est une chance de l’avoir eu en tant qu’enseignant, un moment que je n’oublierai jamais. Bon nombre m’ont également fait progresser que ce soit Nancy Heslin et Jon Bryant en anglais, Fabrice Mauro qui m’a lui aussi fait progresser dans mes prises de paroles, Gilles Zerbib qui a façonné avec passion notre culture générale, Olivier Levasseur qui, en nous faisant confiance, nous a beaucoup fait progresser sur les techniques du reportage. Merci à Stephane Gasiglia qui m’a poussé à développer mon style d’écriture. C’est en partie grâce à elle que je souhaite travailler en presse écrite tant que cela sera possible. Enfin mention spéciale à Pierre-Louis Castelli et Dominique Poulain qui m’ont encouragé en radio. Grâce à leur bonne humeur et leurs conseils avisés (certes parfois un peu longs, mais c’est pour notre bien.), sont parvenus à me détresser au micro. Je ne vais pas citer tout le monde, mais je n’oublie pas également Michaël Lefebre, Morgan-Karim Lebsir, Lionel Paoli, Stéphanie Mériaux, Romain Maksymowycz, Christophe Colette ou encore Romain Chardian.

Quant à l’équipe dirigeante, merci pour ces trois belles années qui auront été faites de bon et moins bons moments qui font partie de la vie d’un étudiant. J’espère que cette école va continuer d’évoluer dans le bon sens et qu’elle formera autant de bons journalistes que ceux qu’elle a déjà formés. Marie, Stéphane, Marine (merci pour ta patience et ta gentillesse), Camille et Dominique, je vous souhaite pleins de bonnes choses pour la suite. Enfin, je tiens à terminer en remerciant profondément Laetitia pour son travail de recherche de stage. Nous avons beaucoup de chance de t’avoir à nos côtés et je n’oublierai jamais que si je réussis dans ce métier, ce sera en grande partie grâce à toi.

L’EDJ a changé ma vie. Aujourd’hui, je le dis, je veux et deviendrai journaliste !

Etudiant, Promo 2018

Pour terminer, je vais faire un point sur mon apprentissage à l’EDJ. Comme dis, précédemment, ce ne fut pas évident pour moi, surtout les deux dernières années, par des problèmes de santé à répétition qui m’ont empêché de profiter pleinement de l’apprentissage qu’aurait pu m’apporter l’EDJ. Je tenais à remercier Laetitia Bacchieri et Marine Roberi qui m’ont toujours soutenu dans mes périodes difficiles. Et surtout Stéphane Gasiglia, qui m’a encouragé à m’accrocher et à faire de mon mieux pour réussir à l’école. J’ai eu l’occasion d’avoir une conversation téléphonique avec elle dans une période ou j’étais proche de tout arrêter, et elle a trouvé les bons mots pour que je poursuive mes efforts. Au niveau de mes camarades, je remercie Adrien Le Noël, qui a été ma première rencontre à l’EDJ et qui a toujours été là, encore aujourd’hui. Tout comme Kevin Sanchez, qui fut un véritable bras droit sur cette dernière année et qui, lui aussi, m’a poussé a ne rien lâcher. Plus globalement, je voulais remercier aussi toute la bande des sports avec qui j’ai passé une très belle dernière année et qui ont été des collègues lors de nos travails de groupe. Malgré les difficultés, je pense à Alexandre Distel qui a accepté de nombreuses fois de travailler avec moi alors que j’étais souvent absent. J’ai pu voir de grande valeur humaine chez certaines personnes dans cette école et au-delà d’un apprentissage, c’est des choses que j’oublierai jamais. C’est l’une des valeurs que j’ai mise en avant lors de mon stage, et qui m’a sûrement valu des commentaires positifs, en plus d’avoir un comportement des plus professionnels possible. Si je réussis au sein de ce journal, et plus globalement dans le métier, je le devrais aussi à toutes ces personnes qui ont su me tendre la main dans ces moments-là. Je n’oublie pas mes professeurs, avec qui j’ai appris selon des degrés différents : Morgan Lebsir est un passioné et j’ai pris énormément de plaisir à travailler en web avec lui. Je pense aussi à Dominique Poulain, Pierre-Louis Castelli, Werner Hoeffner, Olivier Levasseur et Stéphanie Mériaux, des personnes très professionnelles, sympathiques avec une envie d’apprendre à l’autre de la façon la plus pédagogique qui soit. =la clé, c’est aussi de savoir partager son expertise avec sourire et envie, et ces professeurs là ont vraiment compris comment passionnés leurs élèves, et c’est très certainement avec eux que j’ai le plus appris. Une dédicace spéciale à Christophe Josse qui, en plus d’être un très grand commentateur et quelqu’un qui sait transmettre avec passion et ce fut un très grand plaisir que de « travailler » avec lui, car j’ai vraiment eu l’impression de ne plus être dans le cadre des cours. Je suis désormais diplômé et c’est maintenant à mon tour d’assurer pour réussir dans ma vie professionnelle. Ce fut mon premier objectif dès mon entrée à l’EDJ, pensé à la suite de ma carrière. Et c’est maintenant que tout ce jour. Et cela, je le dois aussi à l’ensemble de toutes ces personnes. J’ai évacué le négatif pour ne pas voir que le positif dans mon apprentissage et ce fut avant tout des rencontres humaines, qui est aussi l’essence même du métier, aller vers les gens et apprendre des autres. C’est ainsi que j’ai grandi à l’EDJ et que continuerai à grandir.

Etudiant, Promo 2018

J’ai conscience que la concurrence alimente ma vocation. Je ne suis pas spécialement fan de ce côté « il faut être bien meilleur qu’un autre ». Je comprends que chacun doit être déterminée, volontaire et ambitieux mais je ne suis pas capable d’écraser quelqu’un pour la notoriété ou pour un salaire. Déjà à l’école, on aperçu déjà de clivage de concurrence et ça ne me plait pas forcément. À la base être journaliste c’est partagé et pourtant entre journalistes, ils sont très peu a se partager les informations. Je trouve ça dommage. Je ne veux pas devenir journaliste en écrasant quelqu’un. Je veux qu’on me m’embauche pour ma loyauté et mon plaisir de faire métier. J’ai pas envie de me regarder dans un miroir et me dire : « Émilie, tu as eu ce poste car tu as été plus vicieuse que les autres ». Quel intérêt. En stage j’ai vite vu cette concurrence. Un jour, mon maître de stage m’a donné une mauvaise horaire donc je n’ai pas pu assisté à une conférence de presse, une journaliste m’a donné ses sons et le lendemain lorsque j’ai expliqué qu’ elle m’avait aidée, ça a surpris toute la rédaction. Sauf que cette fille je l’ai aidée en retour, on a échangé nos numéros, nous sommes toujours en contact et ça me semble essentiel d’être avant tout des collègues qui sont prêts à s’aider en cas de problème.

Le point majeur du journalisme ça reste l’évolution. On le voit très bien dans l’histoire. Le journalisme c’était au départ : les journaux papiers. Puis la radio est apparu puis enfin la télévision et le web. La qualité obligatoire qu’il faut avoir pour faire ce métier c’est : pouvoir s’adapter aux évolutions des médias. Le journaliste change constamment : avant on filmé avec des caméras, avec un caméraman, un chargé de son, un cadreur et un journaliste, maintenant une seule personne fait ça. Le téléphone remplace de plus en plus la caméra. Les sites d’informations se multiplient et proposent un palmarès de moyens de faire du journalisme : Konbini ou Vices ne fait pas de l’information comme Le point ou 20minutes par exemple.

Ce métier évolue selon le public, il s’ajuste selon leurs attentes. Les sites d’informations comme Kombini ou Vices apportent de l’information principalement pour les jeunes, de manière rapide et concis. Mais c’est ce qui intéresse leurs auditeurs. Dans dix ans, on fera de l’informations différemment et dans vingt ans aussi. Et un bon journaliste c’est quelqu’un qui sait et admet qu’il faut évoluer en même temps que la société car les demandes ne sont pas les mêmes avec le temps.

Etudiant promo 2018

Trois ans. J’ai passé trois années de ma vie dans cette école. Une période rythmée de bons et de mauvais jours. Mais peu importe les obstacles que j’ai pu rencontrer, l’enseignement fourni dans ces quelques salles haut perchées m’a permis de continuer à travers les hauts et les bas. Grâce à chaque leçon, vous m’avez appris à être consistante dans mon travail, motivée, endurante et forte.

Le temps passé en classe m’a apporté des connaissances et du mental, celui dédié au terrain m’a forgée dans le rapport à l’autre. Si je n’avais pas vécu ces trois années à Nice, je ne serais pas devenue la fille que je suis aujourd’hui et la femme que je deviendrai demain.

Les professeures m’ont chacun donné, une part d’apprentissage de la vie. Les membres de l’administration m’ont montré ce que les termes « travail » et « dévouement » signifiaient réellement.

Et la direction m’a prouvé que le mot « entreprise » pouvait s’accorder avec la notion de « famille ». Cette famille, je l’ai retrouvée chez certains de mes camarades de classe, qui sont devenus de véritables amis. Des amazones que j’ai soutenues à travers vents et marées, qui m’ont aidée à collecter des souvenirs inoubliables.

 

Etudiant, Promo 2018

Pour conclure, les trois stages que j’ai réalisés grâce à l’école du journalisme de Nice m’ont permis de mettre en pratique tout ce que j’ai pu y apprendre. Désormais, le journalisme n’a presque plus aucun secret pour moi, que ce soit en radio, télé, web et presse écrite.

J’estime être prêt à entrer dans le monde du travail et donner le meilleur de moi-même pour réussir.

Etudiant, Promo 2018