Si c’était à refaire, je n’hésiterais pas une seule seconde à intégrer l’EDJ. Les profs m’ont transmis leur passion, et je n’ai jamais été larguée sur le terrain grâce aux cours toujours plus « pratiques » que théoriques. Quinze ans après, je constate que la qualité de l’école n’a pas changé. Tous les stagiaires venant de l’EDJ que j’ai pu encadrer sont toujours un cran au-dessus des autres. 

FLORENCE LAGO - Journaliste - Espace Group

Des profs passionnés et passionnants, de la méthodologie, du terrain, et des amis. Voilà ce que j’ai gardé de mes années à l’EDJ. 15 ans plus tard, j’ai une tendresse particulière pour cette tranche de vie niçoise qui m’a préparé à écrire et à penser autrement.

AURÉLY ANTHOUARD - Directrice de l'agence de communication - Jeu de mots

L’EDJ, c’est mes premiers reportages sur le terrain. C’est une école où l’on donne une large place à l’apprentissage par la pratique. L’enseignement est très proche de ce qui est maintenant ma réalité de journaliste.

MICHAEL LEFEBVRE - Journaliste - L'Equipe TV, RTL

L’EDJ ça a été deux années merveilleuses où régnait une ambiance magique. Deux années inoubliables. Deux années où l’on a appris ce que voulait dire : « être journaliste ».

YAN MONTI - Journaliste - Corse Matin

Fatigué. Epuisé. Et j’écris encore. J’y crois pas. Que j’écris encore. Mais faut croire que j’aime ça ! 15 ans déjà. Merci l’EDJ. Merci pour tout.

RAPHAËL PIERRE - Journaliste, Photographe - Tahiti Infos, Fenuacom, Tahiti Pacifique Hebdo

Cela va faire 18 ans que j’ai quitté les bancs de l’école mais l’école ne m’a jamais quitté. Une formation de deux ans que l’on met en pratique pendant toute une carrière.

MARC ALUNI - Journaliste - NRJ Côte d'Azur