Le traitement médiatique des sports d’hiver : approche comparée France/Pays scandinaves

Mémoire présenté et soutenu par M. Florian Burgaud

Lors de chaque édition des Jeux olympiques d’hiver, les audiences mesurées par Médiamétrie sont incroyablement élevées – jusqu’à 16 millions de personnes en 1992 pour le programme court féminin de patinage artistique. En partant du constat que les Français aiment les sports d’hiver mais qu’ils sont quasiment invisibles dans le paysage médiatique, à part le biathlon depuis quelques années, nous avons réalisé une approche comparée avec le traitement que les médias scandinaves font des sports d’hiver. Là-bas, les fondeurs et les hockeyeurs, notamment, sont de véritables stars traquées par les journalistes et les sports blancs font la une des journaux toute l’année. Pour résumer : le football en France c’est le ski en Scandinavie, et inversement. Nous avons remarqué, après nos recherches et nos entretiens, que le facteur historico-culturel était prépondérant dans cette différence de traitement. Mais il n’y a pas que cela : la diffusion des compétitions sur une chaîne de télévision gratuite (ce qui est le cas Scandinavie à la différence de la France) ainsi que les résultats des athlètes nationaux (et donc l’émergence de stars) sont également des éléments importants de l’étude. Dans le futur, cet état de fait risque d’évoluer à cause du dérèglement climatique et d’un début de désamour du ski par les Scandinaves. Enfin, les médias vont devoir s’adapter à l’accélération du temps médiatique qui pourrait rendre la présence sur les lieux de compétition de moins en moins importante.

Categories: Non classé