Le journalisme 2.0

Avec l’avènement d’Internet et du numérique, le métier s’est transformé. Les nouveaux outils du web ont offert aux journalistes de nouvelles manières de raconter l’actualité. Plus innovant, plus visuel, plus impliquant, le journalisme 2.0 permet de mettre l’information en perspective.

Exemple de travail de données des étudiants de l’EDJ

Mapping, curation sociale, agrégateurs de flux RSS… Si pour le lecteur lambda ces mots, un peu barbares, ne sont qu’un charabia abscons, pour les journalistes web, ils n’ont aucun secret. Ce lexique, un peu déroutant, fait même partie de son vocabulaire quotidien. Ces outils, tellement indispensables, sont devenus une nouvelle « arme d’information massive » pour décortiquer l’actualité. En effet, quoi de mieux qu’une carte pour situer un contexte de guerre ? Quoi de mieux que des tweets pour ressentir la réaction du public ? Quoi de mieux qu’une infographie pour savoir le détail d’une élection ? Le journalisme 2.0 peut se résumer ainsi : une image est parfois bien plus parlante qu’un long texte. Pour localiser un fait divers, raconter une polémique qui déchire les réseaux sociaux ou bien encore offrir des statistiques détaillées aux aficionados de sport, ces outils apportent une vraie valeur ajoutée aux contenus.

Le data journalisme

Discipline reine du journalisme 2.0, le data-journalisme, en provenance des pays anglo- saxons, s’est imposé comme une référence. Né sur le web, le genre s’est disséminé un peu partout. Le data-journalisme, c’est quoi ? C’est faire parler des données brutes et les visualiser. Les statistiques de météo, une affaire judiciaire, un fichier de prénoms, le data-journalisme vous permet de digérer des données complexes en mettant en avant les illustrations et les chiffres plutôt que l’écrit. « Les régions les plus touchées par le chômage », « la carte de Reporter sans frontière », « L’état des droits des femmes dans le monde », tout cela s’apparente à du journalisme de données en français dans le texte. Pour cela, nous allons avoir besoin d’outils pour créer des « camemberts », des « diagrammes », des « photos interactives ». Et le data-journalisme a fait des petits… Il n’est pas rare de retrouver des infographies à la télévision (voir illustration), des analyses de données en presse écrite ou bien encore des créations visuelles pour expliquer des informations très complexes (exemple l’affaire Fillon en illustration). Ces outils permettent de rendre concret toutes les informations abstraites.

Représentation en data-journalisme de l’Affaire Fillon (AFP)

Le web, le multi support par excellence !

En presse écrite, il est nécessaire d’avoir une bonne plume et de prendre des photos. En télévision, il faut avoir un certain regard et le sens du montage. Tandis qu’en radio, il est essentiel de poser sa voix et de posséder une écriture vivante. Pour le web, il faut maîtriser tout cela à la fois. En effet, un article web compile, à loisir, du contenu écrit, de la vidéo, des extraits audio.

Le journalisme 2.0 est aussi un thermomètre. Il permet de prendre le pouls de l’actualité. Google trend, par exemple, véritable bourse de l’info sur le web, vous permet de vérifier l’intensité des recherches sur le web autour d’un thème. De là à trouver le gagnant d’une primaire à l’élection présidentielle, il n’y a qu’un pas !

Aujourd’hui, on ne consomme plus l’information de la même manière. Révolue l’époque où on lisait le journal du soir, fraîchement imprimé, dans les transports. Désormais, on scrolle l’actu – comprenez on défile de haut en bas sur son téléphone des informations du matin au soir ! L’info se consomme partout et tout le temps : sur les téléphones, les ordinateurs, les tablettes, sur les réseaux sociaux, à la télévision, la radio. Elle est partout ! Comme l’exige la lecture sur écran, les textes sont plus couts, 25 % en moyenne. Les articles sont en permanence réactualisés, c’est ce que l’on appelle : le journalisme ouvert. « L’open journalisme », c’est la possibilité de modifier son article en temps réel et d’y impliquer les lecteurs à travers les réseaux sociaux.

L’info en live !

Sur le web, l’info va plus vite ! Les outils nous permettent de fluidifier les fils d’infos et les directs permettent de suivre une information en temps réel. Gilets jaunes, mort de Johnny, affaire Benalla, l’info se transforme en « feuilleton » et ces logiciels nous permettent de la scénariser sans jamais la trahir. C’est une vraie course à l’info ! Mais pas de panique ! Pour rester informé, il existe aussi des outils. La veille média, c’est un état de vigilance sur l’information, pour être au courant de tout avant les autres. Grâce aux outils de veille média, ce n’est plus nous, journalistes, qui allons vers l’info, mais l’info qui vient vers nous. Et ça change tout.

Les outils du web servent aussi les plus grands programmes de télévision comme l’Émission politique

Si le web révolutionne la façon de transmettre l’information et de la visualiser, les fondamentaux, eux, ne changent pas. On écrit au présent, les phrases sont courtes, il faut fabriquer des reportages, réaliser des interviewes et le but est toujours le même : raconter des histoires. Si on a longtemps cru que le web pouvait tuer le journalisme, et notamment la presse écrite, on s’aperçoit, dans les faits, qu’il lui a apporté une seconde jeunesse et un second souffle…

Des données brutes transformée en données visuelles
Mélange de travail de données et de mapping des étudiants

À l’EDJ, nous formons les étudiants au journalisme 2.0 et au web sur trois ans en Bachelor et sur deux ans en Mastère

Pour que nos étudiants soient au top sur le marché du travail, l’EDJ, toujours à l’affût des dernières tendances, forme ses étudiants aux techniques journalistiques de demain. C’est l' »open journalisme » : l’art de raconter et de partager une information avec des outils 2.0.

Le web et l’EDJ en première année : les fondamentaux !

La première année, nous commençons par un bref rappel historique de la genèse du journalisme web. Nous analysons des cas précis de phénomènes journalistiques à travers la toile : l’affaire DSK, le scandale « Me too », « le printemps arabe » etc.

Les étudiants apprennent, dès le premier semestre, à se servir des réseaux sociaux de manière professionnelle au travers d’ateliers de média training ludiques et interactifs. Comment travailler son E-réputation ? Comment gérer une communauté, partager un article ou répondre à des commentaires désagréables ?  Nos étudiants sont formés au community management journalistique.

Durant cette première année, les étudiants apprennent à rédiger pour un site internet et les mécanismes de la lecture sur écran. Nous leurs enseignons les fondamentaux de l’écriture web : des textes plus courts, plus impliquant, plus interactifs. Comment choisir un bon sujet ? Comment fabriquer un titre percutant ? Comment choisir la bonne photo ?

Extrait d’un média training sur les réseaux sociaux

Le web et l’EDJ en deuxième année : le grand bain !

En deuxième année, c’est le grand saut ! Ils rédigent leurs premiers articles avec des sujets libres, proposés lors d’une conférence de rédaction. C’est le moment de se confronter au terrain et de marier la théorie à la pratique. Nos reporters en herbe doivent incorporer des outils dans leur papier : des infographies, des fresques, des cartes interactives, de la curation sociale et, bien souvent, de l’image. Nous formons nos étudiants aux montages de vidéos web à la Brut ou à la Konbini : des compilations d’images d’actualité très courtes avec verbatim et musique sans voix off, percutantes avec plein d’infos, mais aussi des interviewes punchy et décontracté avec un montage très dynamique (voir ci-dessous).

Exemple de vidéos web à la Brut ou à la Konbini :

À l’aide d’outils, nous leur apprenons aussi les rouages du fact checking (vérifier une information). Dès la deuxième année, ils sont capables de débusquer les fakes new’s : d’identifier une photo, de vérifier un chiffre officiel ou bien encore de décrypter une ligne éditoriale. Enfin, nous analysons les mécanismes de la théorie du complot ainsi que la « big data » et les futurs grands problèmes structurels du web comme l’utilisation des données, le droit à l’oubli, l’enfermement algorithmique ou bien encore la lecture sur écran.

Extrait d’un article web d’étudiant avec des outils

Le web et l’EDJ en troisième année : la confirmation !

En troisième année, c’est le moment de confirmer tout cela ! Les étudiants gèrent le site internet d’actualités de l’école, endossent tour à tour le rôle de rédacteur en chef ou de chef de rubrique en lien avec leur professeur et apprennent à se servir d’un back office. Ils réalisent aussi plusieurs travaux de données ainsi qu’un long format sur toute l’année publié sur le web.

Extrait d’un article web d’étudiant avec des outilsLe site internet d’actualités géré par les étudiants

Enfin nous finissons avec l’apprentissage du live blogging et du live scoring. Un exercice périlleux qui nécessite une grande dextérité et une grande maîtrise des outils et de l’écriture web. Que ce soit pour traiter d’un événement sportif, politique ou économique (comme le printemps arabe, une élection, une catastrophe naturelle ou aérienne, une conférence internationale comme la Cop 22 ou un simple fait divers), le live s’est imposé comme une référence du journalisme web. Il fait partie de la grande famille de l’open journalisme : le journalisme ouvert. Un genre en plein boom avec l’avènement des smartphones.

Un live blogging ça ressemble à ça !