Un avenir radieux pour les Bleus ?

0
284
Les Bleus ont séduit face à la Suède, lors de leur dernier match de l'année 2020. ©Icon Sport

L’équipe de France a conclu hier mardi 17 novembre sa trêve internationale par une belle victoire face à la Suède 4-2. Après avoir battu avec la manière le Portugal samedi dernier, les hommes de Didier Deschamps terminent l’année sur une prestation collective aboutie. À six mois de l’Euro, les Bleus rassurent et se positionnent comme un prétendant sérieux à la victoire finale.

Tout n’a pas été rose durant cette trêve internationale. Avec une composition remaniée, l’équipe de France a manqué d’inspiration mercredi 11 novembre dernier, face à une vaillante équipe finlandaise qui a transformé ses deux seules occasions en buts. Une vilaine défaite 2-0. Le sélectionneur et les joueurs tricolores ont chacun eu leur part de responsabilité. Didier Deschamps, avec un milieu Sissoko-Nzonzi, n’a pas semblé inspiré. Sans véritable créateur et avec un Paul Pogba dans les choux, l’équipe de France a tout de même dominé le match dans l’ensemble. Mais dominer n’est pas gagner. « On a été en-dessous de ce que j’attendais. En face, ils ont mis ce qu’il fallait, nous pas suffisamment, même si cela ne nous a pas empêchés de faire un bon début de match avec des occasions », a réagi le sélectionneur français à l’issue du match. C’est vrai, les Bleus ont beaucoup tenté. Mais ils n’ont cadré que trois de leurs 24 frappes, n’inquiétant que peu le gardien finlandais. Des prestations décevantes à l’image de celles de Sissoko, Giroud ou encore Nzonzi, qui ne poussaient pas à l’optimisme. Du moins, un sursaut était obligatoire samedi face au Portugal.

Une victoire de prestige face au Portugal

L’équipe de France s’est donc présentée samedi au stade de la Luz à Lisbonne avec des doutes. L’annonce de la composition, offensive et avec un milieu de terrain plus technique que face à la Finlande, annonçait déjà une remise en question de Didier Deschamps au regard du match précédent. Au milieu de terrain, N’Golo Kanté, aux côtés d’un Adrien Rabiot très en jambes et d’un Paul Pogba plus en confiance, a été l’homme clé de la victoire tricolore. Auteur de l’unique but de la rencontre, il a surtout été essentiel dans la récupération et dans les projections sur les phases offensives. Dans son ensemble, l’équipe de France a réussi sa première mi-temps, n’échouant que dans le dernier geste. La lumière est venue au retour des vestiaires lorsque le milieu de terrain français Ngolo Kanté a repris une balle mal renvoyée par le gardien portugais sur une frappe de Rabiot. Le score aurait pu être plus sévère si Martial n’avait pas buté sur Luis Patricio, décisif à maintes reprises. Défensivement, la charnière Varane-Kimpembe a rassuré. Elle fait même son trou en vue de l’Euro 2021. « Je suis très fier des joueurs. Ce n’est pas toujours simple, surtout en ce moment. Certains ont des situations en club qui ne sont pas les meilleures. Mais quand ils se retrouvent là, il y a toujours cet esprit de compétition et ce soir, ils ont prouvé que l’équipe de France est toujours une grande équipe », confiait le défenseur Raphaël Varane après le match. Si les Bleus ont brillé, c’est aussi grâce à son pion essentiel, Antoine Griezmann. Sur le banc face à la Finlande, il a été précieux dans les phases offensives. Sa vision du jeu ainsi que sa qualité de passe aurait pu aboutir à plusieurs buts si Martial, notamment, n’avait pas gâché. Mais l’essentiel était bien là avec une belle victoire et surtout une prestation collective de qualité.

Des certitudes en vue de l’Euro l’été prochain ?

Dans un groupe où elle était assurée de terminer en tête, la France a tout de même souhaité mettre la manière lors de son dernier match de l’année hier soir face à la Suède. Même si, pour des raisons sanitaires, le public ne pouvait pas venir l’encourager, cette équipe a fourni une copie de qualité avec quatre buts à la clé. Vexée de concéder l’ouverture du score sur une perte de balle de Moussa Sissoko dès la quatrième minute de jeu, l’équipe de France a vite réagi… et de la plus belle des manières. Olivier Giroud, à la conclusion d’une contre-attaque éclair, démarrait les festivités d’une frappe puissante du gauche (1-1, 16e). S’en est suivi un numéro de soliste signé Marcus Thuram, se jouant de trois défenseurs aux abords de la surface de réparation suédoise avant de voir sa frappe contrée, reprise en demi-volée par l’inévitable Benjamin Pavard (2-1, 36e). En seconde période, le rythme n’a pas baissé. À peine entré en jeu, Kilian Mbappé a déposé une offrande sur la tête de Giroud (3-1, 59e) qui a célébré son 44e but sous le maillot tricolore. La réduction suédoise du score à la 88e aurait pu faire douter les Bleus. Mais sur une contre-attaque, alors que le gardien Olsen était monté sur l’ultime corner de la rencontre, Koman marquait dans le but vide, mettant un terme à tout espoir suédois. Au coup de sifflet final, Didier Deschamps a partagé sa satisfaction au micro d’M6 : « On a eu beaucoup de réponses. Les jeunes ont montré leur qualité, les cadres n’ont pas déçu. On peut dire tout ce qu’on veut d’Olivier Giroud, mais il montre encore ce soir qu’il est essentiel pour notre équipe ». Un match solide, un jeu plus élaboré, l’équipe de France monte en puissance. De très bonne augure pour l’Euro dans six mois.

Ils ont marqué des points pour l’Euro : 

  • Marcus Thuram

Le jeune milieu de Mönchengladbach, pour sa première convocation chez les Bleus, a su saisir sa chance. Pas en réussite face à la Finlande mais avec beaucoup de belles intentions, il a réussi une prestation de haut vol face à la Suède et est à l’origine de deux buts français. Dans un milieu de terrain où la concurrence est rude, il rebat les cartes au milieu de terrain en marge de l’Euro en juin prochain.

  • Lucas Digne

Il est en concurrence directe avec l’un des meilleurs arrières gauche du monde, Lucas Hernandez. Mais Lucas Digne a démontré contre la Finlande que Deschamps pouvait compter sur lui. Précis dans ces centres et à l’aise défensivement, le joueur d’Everton a retrouvé une place dans le groupe France et compte bien la garder.

  • Adrien Rabiot

Une fois l’extra-sportif mis de côté, Adrien Rabiot a démontré en deux matches qu’il avait toutes les qualités pour intégrer le onze tricolore. Impliqué sur le but face au Portugal, l’ancien Parisien a fait parler de son aisance technique et de sa qualité de passe, à l’image de ce délicieux centre sur Pogba dans ce même match. Sa couverture de terrain est un soutien précieux pour N’Golo Kanté. Didier Deschamps aura le choix au milieu de terrain.

L’énigme :

  • Moussa Sissoko

On le sait volontaire, combatif et solide physiquement. Il l’a encore été hier soir et mercredi dernier contre la Finlande. Mais le meilleur match de l’équipe de France, face au Portugal, c’était sans lui. Même s’il réussit parfois de bons centres et combine bien avec ses coéquipiers, le joueur de Tottenham n’a pas le niveau technique pour l’équipe de France.  Il a pourtant l’air essentiel aux yeux de Deschamps…