Rafael Nadal : 13 tenues pour l’histoire en images

0
287
L'Espagnol est le seul joueur de l'histoire du tennis à avoir remporté 13 titres de Roland Garros. ©Icon Sport

Les 13 titres de Rafael Nadal à Roland Garros vus par le prisme de ses tenues.

Rafael Nadal est bien né à Manacor, mais c’est à Paris qu’il se sent chez lui. Porte d’Auteuil plus précisément. L’édition 2020 de Roland Garros, marquée par la crise sanitaire, a laissé place au même résultat : un sacre de l’ogre espagnol. Le gaucher rejoint Roger Federer avec 20 titres du Grand Chelem à son palmarès, dont 13 sur la terre battue parisienne. Lors de ces 13 saladiers, Rafa a arboré autant de tenues différentes façonnées par son équipementier Nike. Des ensembles qui marqueront irrémédiablement l’histoire du tennis.

Un look de jeune premier

Pour sa première participation à Roland Garros en 2005, Rafael Nadal n’a que 19 ans. Mais le natif des Baléares affiche déjà une maturité et une assurance sans faille. Sa tenue est digne du début des années 2000 : un débardeur vert associé à un pantacourt blanc, et déjà son célèbre bandeau. Avec son look de jeune premier, l’Espagnol vient à bout de Mariano Puerta en finale (6/7, 6/3, 6/1, 7/5).

Pantacourt mania

Deuxième participation et deuxième victoire pour Rafa en 2006. Ses allers-retours incessants épuisent ses adversaires. Vêtu à nouveau d’un débardeur, bleu cette fois, et d’un pantacourt blanc, l’Ibérique retrouve Roger Federer pour la 1re fois en finale sur l’ocre parisien. Ce premier combat tourne à son avantage malgré un premier set raté (1/6, 6/1, 6/4, 7/6). Il ne laissera que des miettes au Suisse les années suivantes.

Une impression de déjà vu

Pour ses retrouvailles avec Roger en finale, Nadal arbore à nouveau un débardeur et un pantacourt.  Mais cette fois, il opte pour un changement de code couleur. Du bleu et du blanc pour le haut, du noir pour le bas. Le résultat est le même, le joueur de 21 ans glane déjà son troisième saladier consécutif après sa victoire face à l’Helvète (6/3, 4/6, 6/3, 6/4).

L’Hulk de la terre battue

Rafael Nadal ne s’arrête plus. Déjà un quatrième trophée de suite dans la capitale française en 2008. Son ensemble vert fluo marron de mauvais goût ne l’empêche pas de dévorer ses adversaires. Hulk humilie Federer et ne lui offre que quatre jeux en finale (6/1, 6/3, 6/0). Son lycra a le mérite de dévoiler sa musculature saillante, incarnée notamment par son bras gauche.

Changement de look pour une revanche

L’ogre de la terre battue est tombé en 2009, submergé par la surprise Robin Soderling. Mais « El Matador » prépare sa revanche. En 2010, il se présente avec une tenue plus sobre. Un t-shirt tricolore et un bermuda blanc. Rafa veut remettre la main sur son trophée. Cela tombe bien puisqu’il retrouve le Suédois Soderling en finale. L’occasion était trop belle pour la laisser passer. L’Espagnol s’impose en patron (6/4, 6/2, 6/4) et s’effondre en larmes à la fin de la rencontre.

L’âge de la raison

En 2011, Nadal a 25 ans. Il gagne en maturité. Il retrouve Federer pour un remake de 2006, 2007 et 2008. L’homme au bandeau copie son aîné et arbore une tenue sobre, efficace : un t-shirt bleu clair et un short blanc. La confrontation est plus serrée, mais le roi de Roland s’en sort (7/5, 7/6, 5/7, 6/1).

Un rouge ocre historique

Le taureau de Majorque fonce vers son septième titre en 2012. Son style vestimentaire est aussi brillant que son jeu. Un maillot et des chaussures rouges, un short blanc et des accessoires noirs. Cette fois c’est Novak Djokovic qui se présente pour un premier duel en finale de Roland Garros. La bataille, remportée en deux jours et quatre heures de jeu par Rafa (6/4, 6/3, 2/6, 7/5) , est historique. Il devient l’homme le plus titré sur terre battue devant Bjorn Borg (six saladiers).

Hommage tricolore

Rafael Nadal a dorénavant fait de Paris son chez lui. L’année 2013 symbolise son lien avec le public français. Pour célébrer son huitième saladier, le natif de Manacor se pare d’un ensemble bleu-blanc-rouge. Un bel hommage à sa terre d’accueil alors qu’il vient de balayer son compatriote David Ferrer (6/3, 6/2, 6/3).

Sobriété assumée

Les années se suivent et se ressemblent. Nadal est injouable sur terre battue. Son style est lui plus sobre en ce mois de mai 2014. Un bandeau et un short gris, entrecoupés d’un haut bleu turquoise perçant. C’est à nouveau Djoko qui lui fait face en finale pour le même tarif (3/6, 7/5, 6/2, 6/4).

Un retour pour une décima

Rafael Nadal vient de rater les deux dernières éditions de R-G. Il effectue son grand retour en 2017. Sa tenue bicolore, rehaussée par quelques touches fluo, signe son come-back. Face au tenant du titre Stan Wavrinka en finale, le maître récupère son trophée sans difficultés (6/2, 6/3, 6/1).

Le saphir de la terre battue

Pour la « Undecima », Rafa se pare d’un ensemble bleu de la tête aux pieds qui ressort sur l’ocre parisien. Pour cette finale 2018, l’Espagnol humilie un nouveau challenger à savoir Dominic Thiem (6/4, 6/3, 6/2).

Le jaune fluo

Certains lui prédisaient une courte carrière. Mais le roi de l’ocre a perduré. Ses incessants allers-retours lui pompaient trop d’énergie à ses débuts, alors le taureau de Majorque s’est assagi. Des frappes plus directes, des coups gagnants et Nadal reste insurmontable. Toujours face à Thiem en finale du tournoi 2019, le glouton ibérique s’empare d’un nouveau saladier (6/3, 5/7, 6/1, 6/1). Pour cette édition, le gaucher a osé le jaune fluo. Un pari réussi.

Bleu et rose

https://platform.twitter.com/widgets.js

Ni la coupure du confinement, ni l’absence de la quasi totalité du public n’auront eu raison de Rafael Nadal. Toujours aussi affuté, le maître de la Porte d’Auteuil n’a pas perdu un seul set lors de sa quinzaine de septembre à Roland Garros. « El Matador » s’est aussi payé le luxe d’atteindre les 100 victoires sur la terre battue parisienne et de rejoindre Federer au nombre de titres du Grand Chelem. Novak Djokovic, son adversaire en finale, n’a pas fait le poids (6-0, 6-2, 7-5).