Que change l’élection de Biden pour la France et l’Union européenne ?

0
430
Avec plus de 76 millions de votes en sa faveur, Joe Biden est devenu le président américain élu avec le plus de voix dans l'histoire des États-Unis. ©Unsplash

Joe Biden a été élu 46e président des États-Unis le 7 novembre dernier. Un résultat qui ne sera pas sans effet sur le comportement international de la première puissance mondiale. Que peut-on attendre de l’impact de cette élection pour la France et l’Union européenne ?

Il l’avait annoncé avant même que son élection soit officielle. Joe Biden s’est engagé à rejoindre l’Accord de Paris. Trois ans plus tôt, Donald Trump avait engagé un long processus d’émancipation de cette convention climatique. Une démarche qui a abouti le 4 novembre dernier seulement. Cette décision sera même une des premières actions de Biden lorsqu’il prendra officiellement la tête de son pays le 20 janvier prochain.

Second plus gros émetteur de CO2 au monde, les États-Unis est le seul pays en date à s’être retiré de ce traité. Biden fait ainsi de l’écologie une des lignes principales de son mandat. Il a promis d’investir 2 000 milliards de dollars dans « l’emploi et l’infrastructure verte ». C’est le programme de transition écologique « le plus ambitieux que les États-Unis aient jamais connu » selon Leah Stokes, experte en politique énergétique et environnementale à l’Université de Californie.

Un meilleur partenaire commercial ?

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances estimait la semaine dernière que l’élection de Biden ne changerait rien pour la France et l’Union au niveau commercial. « Depuis de longues années, les États-Unis ne sont plus un partenaire amical des Européens », a-t-il confié sur les antennes de Radio Classique.

Une grande question subsiste tout de même à propos du maintien ou non de la taxe dite « Trump ». Mise en place depuis un litige commercial entre Boeing et Airbus, elle impose une taxe de 25% sur l’importation des produits européens tels que le vin ou le fromage. Selon La revue du vin de France, cet impôt aurait porté un préjudice de près de 500 millions d’euros à l’industrie viticole française. Celle-ci espère donc plus de flexibilité de la part de l’administration Biden.

Il serait aussi surprenant de voir Joe Biden revenir sur les sanctions pour les entreprises européennes qui oseraient commercer avec les pays « interdits » des USA comme l’Iran ou Cuba. BNP Paribas avait déjà du payer une amende de 8,9 milliards de dollars en 2015 pour avoir contourné l’embargo de Washington. Démocrate comme Biden, Barack Obama était alors à la tête du pays…

Biden moins agressif mais tout aussi stratège

Si Joe Biden aura un comportement plus prévisible que son (futur) prédécesseur, la politique du prochain président américain sera vraisemblablement tout autant tourné vers le « America first ». Des changements dans la forme donc, avec une méthode adoucie. Mais si l’UE pourra discuter, elle devra souvent s’incliner. « Faire alliance avec l’Europe consiste surtout à faire endosser par les Européens la position américaine », affirme Sébastien Jean, directeur du CEPII (Centre d’études prospectives et d’informations internationales). Ce dernier concède tout de même que l’élection de Biden permettra « de faire retomber la pression » mise sous le gouvernement Trump.

En considérant ce dernier point on pourrait peut être imaginer une alliance transatlantique plus proche pour faire face à la Chine et l’Asie. Dans ce contexte, Jean-Marc Huissoud, enseignant en géopolitique à l’ESC Grenoble, affirme que si les démocrates souhaitent avant tout protéger les intérêts américains. Une politique extérieure qui pourrait mener à un renforcement des relations avec l’Europe, et ainsi « pour mieux contrer la Chine ». La balle est maintenant dans le camp de Joe Biden. Réponse donc début 2021.