L’Île d’Yeu, la radio Neptune FM en première ligne

0
1977
Neptune FM, radio
Fondée le 31 mars 1983, Neptune FM fait depuis partie du paysage médiatique islais. Pendant la crise sanitaire liée au coronavirus, une émission a lieu chaque jour en direct dans ses studios. Ici, de gauche à droite : Carole Charuau, conseillère municipale et départementale, docteur Isabelle Alix, Bruno Noury, le maire de l’Île d’Yeu, et Roland Taraud, le présentateur. (© Philippe Turbé)

Depuis le 16 mars, la grille des programmes de Neptune FM, la radio locale associative de l’Île d’Yeu, est bouleversée. Chaque midi, le maire Bruno Noury fait le point, en direct, sur la situation du coronavirus sur la commune.

« On passe maintenant à notre point d’information quotidien pour vous donner toutes les informations sur le confinement… » Tous les jours, aux alentours de midi, Philippe Turbé, 34 ans, animateur sur Neptune FM, radio locale émettant sur l’Île d’Yeu (Vendée), lance une émission spéciale coronavirus. Tout cela se passe dans de petits locaux douillés situés au cœur des entrailles du fort de Pierre-Levée, une ancienne prison d’État. À ce moment-là, l’immense majorité des 5 000 habitants de cette petite île vendéenne s’est calée sur le 91.9, la fréquence de la radio. Autour de Roland Taraud, le maestro du programme, on retrouve Bruno Noury, le maire de la commune, et Carole Charuau, conseillère municipale et départementale. Une à deux fois par semaine, un membre du corps médical et le commandant de la brigade de gendarmerie, Richard Van Weymeersch, viennent en renfort. « Ça crée ce lien avec la population. Ce rendez-vous est attendu tous les jours pour expliquer les décisions prises. C’est important », expliquait en fin de semaine dernière, au micro de TF1, le premier édile de l’Île d’Yeu. « On a explosé les records d’audience, complète Philippe. La population est contente d’avoir de l’info qui les concerne. »

Éviter une situation désastreuse

Depuis maintenant cinq semaines, la radio islaise fait quotidiennement le lien entre le maire et sa population. « Les nouvelles informations et les décisions prises [comme la limitation des activités sportives à seulement 300 mètres du domicile, NDLR.] sont expliquées, détaille Philippe. On répond aussi aux questions des auditeurs et un point sur la situation sanitaire à l’Île d’Yeu est effectué avec les médecins. » Le chiffre du nombre de lits occupés par des patients Covid-19 dans le petit hôpital de l’île est donné, comme le nombre d’évacuations sanitaires effectuées. Dès la veille du confinement, débuté le mardi 17 mars, un point d’information a eu lieu sur l’antenne de Neptune FM : « Il y a eu un souci avec les bateaux, tous complets pendant cinq jours. Il y a eu un petit vent de panique… Le maire a réussi à prendre un arrêté et il est venu le midi à la radio pour en parler en direct. Le lendemain, il y avait encore plein d’infos à faire passer et on s’est dit, ‘’pourquoi ne pas faire un point quotidien ?’’ C’est né comme ça », se remémore Philippe dont le rythme de travail s’est accéléré ces dernières semaines.

La radio locale associative s’est donc mise au service de ses auditeurs. Tous les jours, le maire fait preuve de pédagogie pour expliquer au mieux les décisions prises au plus haut sommet de l’État et, surtout, les applications locales de celles-ci. Régulièrement, les gestes barrières sont rappelés. Inlassablement. Pour éviter une situation désastreuse. « Globalement, le confinement est bien respecté par les Islais et le virus est moins présent sur l’île qu’il ne l’était au départ », répétait encore Bruno Noury, le maire, ce jour-là.