Le chaleureux Noël des Martiniquais

0
583
Vous ne rêvez pas, il s’agit bien d’une photo de la Martinique pendant le mois de Décembre. Crédit Photo : E.M

Qui n’a jamais rêvé de passer les fêtes de fin d’année au soleil et sur la plage ? Les Antillais sont chanceux, car pour eux, c’est tous les ans. Mais ce n’est pas la seule différence par rapport à la métropole. Là-bas, les habitants sont très festifs et ne mangent pas de dinde, mais du porc pour le réveillon.

« Jwayé Nwèl à tous ! » Traditionnellement, en France, quand Noël approche, on pense au froid, à la neige, aux manteaux de fourrure et à lire un bouquin au coin d’un petit feu pour se réchauffer. Mais ce n’est pas le cas pour les Martiniquais. De l’autre côté de l’Atlantique, aux Antilles, le 25 décembre ne ressemble pas du tout à cela. Là-bas, c’est plutôt le soleil, la chaleur, la plage et on porte des maillots de bain à la place d’un pull en laine. La température frôle le 35°, on se baigne dans une eau à 28° et on fait la sieste sous les palmiers. Ça donne envie, non ? Attendez, c’est loin d’être terminé. Oubliez le sapin ! Sur l’île aux fleurs, « le soir du réveillon, on décore et on pose les cadeaux pas loin des branches d’un filao (arbre tropical) ou d’un manguier », précise Estelle, 24 ans. Cette jeune fille a vécu pendant près de six ans en Martinique. Tombée amoureuse de ce territoire d’Outre-Mer, elle y retourne tous les ans. De plus, les chaussons sont remplacés par de magnifiques petites tongs. On ne fait pas des bonshommes de neige, mais des châteaux de sable et le Père Noël est trop stylé. Selon la légende et d’après Estelle, « il ne passe pas par la cheminée, mais débarque en jet-ski ou sur une planche de surf avec des lunettes de soleil sur la tête ». Oh Oh Oh !

Montage photo : Jimmy Comte

La tradition incontournable des « chanté Nwèl »

À Madinina, on commence à faire la fête bien avant la naissance du divin enfant. C’est une longue tradition. Dès le 1er décembre, les habitants chantent les fameux « chanté nwèl ». « Ce sont des vieux cantiques (chants ou poèmes chrétiens). Les paroles sont en français et les refrains sont en créoles. Et on continue pendant tout le mois non-stop ! C’est très joyeux et très festif », détaille Estelle. Pour accompagner ces envolées lyriques, ils jouent du tambour et des Ti-Bois sur du Biguine (danse et musique née en Martinique). Toute la journée et très tard dans la nuit, les sourires ne quittent pas les visages. Tout le monde est joyeux. Les familles et les amis sont réunis dans un univers qui reste féerique. « Ici, c’est une grande fête de partage, de solidarité et de communion. On y accorde une importance particulière. L’aspect commercial est moins important par rapport à la métropole. Bien entendu, on s’offre des cadeaux, surtout avec les nouvelles générations, c’est inévitable. Mais ce n’est pas la pièce maîtresse d’un Noel en Martinique. Le plus important, c’est la bouffe ! », s’exclame d’une vive voix Estelle.

Mazincoin – Modé lan men mwen / Youtube

On mange et on boit quoi à Noël en Martinique ?

Crédit photo : image libre de droit

La cuisine créole, quel bonheur ! Sur cette île des Caraïbes, la dinde n’est pas présente sur les tables. Les Martiniquais préfèrent déguster un bon ragoût de cochon. « C’est un plat en sauce. Il est cuisiné avec des épices, du piment, de l’ail, de la ciboulette, du citron et d’autres légumes du pays », explique Estelle. Pour remplir les estomacs, ils dévorent aussi un bon gros jambon fumé, « On le découpe en carré et on met des piques dessus pour le manger ». Pour l’apéritif, il n’y a pas de foie gras ou d’huîtres. À la place, dans les assiettes, on peut picorer des pâtés salés, des accras de morue, ou du boudin. Pour accompagner toute cette bonne nourriture, le rhum remplit les verres. En Martinique, c’est la boisson locale par excellence. Pour les fêtes de fin d’année, ils boivent du Scrubb. Il s’agit d’une liqueur orangée fabriquée à partir d’écorces d’oranges macérées dans du rhum. Autre boisson, le champagne titille les babines. « On en consomme tout le temps ! On le débouche à toutes les occasions. Pourtant, ce n’est pas dans les mœurs comme en métropole. C’est un peu étonnant. Mais on adore ça ! », avoue Estelle. Forcément, pour le dessert, ils ne mangent pas de bûche glacée, car cela fond trop vite au soleil ! Par conséquent, ils cuisinent de multiples gâteaux comme le flan au coco, le Mont-Blanc ou d’autres à base de yaourt, avec des fruits comme de l’ananas ou des goyaves. Bref, de quoi donner envie de prendre l’avion et s’envoler pour les Caraïbes.

Infographie : Jimmy Comte