samedi, octobre 16, 2021
HomeInterview"Je suis réduit à compter les minutes pour pouvoir vivre". L'enfer du...

« Je suis réduit à compter les minutes pour pouvoir vivre ». L’enfer du Covid long raconté par un ancien militaire

Contaminés par le Covid-19, des milliers de Français font face à des symptômes persistants, parfois même après plusieurs mois. EDJ News a rencontré Matthieu Lestage, touché par le Covid long.

Tout a commencé le 12 octobre 2020. Matthieu Lestage, 42 ans, contracte le Covid-19. Rassuré par les médecins en raison de son jeune âge, ce père de deux enfants pense se débarrasser du virus rapidement. Ancien sergent instructeur de l’armée de Terre, cet Orléanais s’est converti à la vente d’articles de pêche, mais conserve l’activité physique d’un militaire aguerri. Six mois plus tard, les symptômes persistent. 200 jours après sa contamination, Matthieu témoigne.

Quels ont été vos premiers symptômes ? 

Au début j’avais un rhume et des maux de gorges, donc je ne me suis pas inquiété. Les jours suivants, ça allait, jusqu’au vendredi, où j’ai été pris d’un grand coup de fatigue. Puis j’ai perdu le gout et l’odorat. À partir de ce moment-là, je dormais entre 18 et 20 heures par jour. Je n’avais pas de fièvre, mais des maux de tête et des courbatures en permanence. Au bout de trois semaines, les symptômes s’atténuaient mais j’étais encore très fatigué et je n’avais toujours pas retrouvé le goût ni l’odorat.

Quand avez-vous commencé à vous inquiéter ? 

Vers la quatrième semaine après la contamination, je sentais comme un bourdonnement à l’intérieur de moi, comme une vibration en continu. Malgré tout, je me sentais mieux, j’avais un regain d’énergie, alors qu’en réalité c’était le début du pire. Un jour, chez moi, je me suis activé en cuisine, et d’un seul coup, mon cœur s’est emballé et mon cerveau s’est embrumé. Je ne maitrisais plus mon corps. Je suis arrivé à l’hôpital avec un taux d’oxygène dans le sang à 94% et un pouls à 150. On m’a dit que j’avais une infection aux poumons, puis on m’a laissé repartir.

Comment avez-vous su que vous étiez atteint du Covid long ? 

Suite à un bilan sanguin très mauvais, je suis retourné aux urgences avec une suspicion d’embolie pulmonaire. J’ai demandé la mise en place d’un suivi médical régulier. J’ai commencé à me renseigner afin de comprendre pourquoi mon Covid était différent, pourquoi je n’étais dans aucune case. J’ai cherché et je suis tombé sur un article du professeur Salmon-Ceron, qui parlait du Covid long. J’ai eu rendez-vous avec sa collaboratrice, et en consultant les symptômes éventuels, on a enfin pu mettre un nom sur ma maladie.

En quoi cette maladie a-t-elle bousculé votre vie ?

Aujourd’hui je ne travaille plus et je ne peux plus conduire car mon système nerveux autonome est atteint. J’ai des problèmes neurologiques qui se caractérisent par des tremblements, des problèmes de concentration, de mémoire, de coordination ou d’élocution. Il y a encore quelques jours, je tremblais en permanence. Aujourd’hui je tremble par période. Au bout de quinze minutes, ma voix perd en intensité, puis je commence à perdre mes mots. Je peux gérer l’effort cérébral pendant trente minutes, et après je perds tout contrôle.

Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ? 

Ça va mieux, mais j’ai besoin d’une assistante psychologique car certains jours je n’ai plus de volonté, même si j’essaie de garder espoir. J’ai toujours été hyperactif et maintenant je suis bloqué chez moi, réduit à compter les minutes pour pouvoir vivre. J’ai fait des choses extraordinaires, je me suis toujours surpassé et aujourd’hui le moindre effort est un obstacle. Désormais je ne sais pas de quoi est fait demain et j’ai peur de mourir.

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments