Doha : ce qu’il faut retenir

0
62

Clap de fin pour les Championnats du monde d’athlétisme, qui se sont terminés hier à Doha au Qatar. Des mondiaux marqués par des moments insolites. Record du monde, contre-performances, et conditions compliquées, on revient sur une semaine de compétition atypique.

Conditions climatiques difficiles

Comment parler des mondiaux de Doha sans évoquer les conditions dantesques dans lesquelles les sportifs ont dû concourir ? On ne compte plus les abandons et les contre- performances dues à la chaleur étouffante. L’épreuve du marathon féminin en est le meilleur exemple. Sur 68 partantes, 28 athlètes ont abandonné en cours de route. Mais c’est aussi le marathon le plus long jamais couru en Championnat du monde puisque la gagnante termine sa course en 2 heures 32 minutes et 43 secondes.

Les Etats-Unis au sommet

Si la France n’a pas brillé lors de ces mondiaux d’athlétisme, les Etats-Unis eux, égalent leur record de médailles. Avec la victoire en 100 m haies de Nia Ali, et celles des relais 4X400 chez les hommes et les femmes, le pays s’empare de la première place du classement des médailles de ce Championnat du monde. 14 médailles d’or au conteur, les Etats-Unis ne sont pas parvenus à battre leur record de 2005 et 2007, mais ils ont fait tout aussi bien.

Les supporters fantômes

Après les images de brancards et d’athlètes mal en point, celles des tribunes presque vides resteront dans les mémoires. Malgré des invitations distribuées par les Qataris, pour tenter de remplir les sièges du stade, l’endroit est resté désert durant une bonne partie de la compétition. Seulement 50 000 billets ont été vendu sur l’intégralité des mondiaux. À noter tout de même que la situation s’est améliorée en fin de semaine.

Le record de Muhammad

C’était certainement la course la plus attendue du Championnat, et l’on peut dire qu’elle n’a pas déçu. Sur la finale du 400 m haie femme, s’affrontaient deux grandes championnes de la discipline. Sydney McLaghlin et la figure montante de l’athlétisme américain : Dalilah Muhammad. Déjà détentrice du record du monde depuis le mois de juillet, Muhammde ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. La hurdleuse pulvérise donc son propre record du monde, de 52’’20, avec un nouveau temps de 52’’16.

3 places pour 4 athlètes

Après concertation du jury de la Fédération Internationale, ils sont 4 à monter sur le podium du 110 m haie. Le hurdleur Espagnole, Orlando Ortega gêné par une chute du champion du monde en titre : Omar MacLeod, fini sa course à la 5e place. Mais après plusieurs heures de négociations l’équipe espagnole se voit décorée de bronze. C’est avec le Français, Pascal Martinot-Lagarde qu’Ortega partage la 3e marche du podium.