« Cuban Network », les derniers vestiges d’un monde perdu

0
228

Avec « Cuban Network » Olivier Assayas adapte le livre de Fernando Morais « Les derniers soldats de la Guerre Froide ». À mi-chemin entre le film politique et le thriller, entre cinéma hollywoodien et petit budget, le réalisateur français offre un film riche sur une affaire méconnue de l’histoire.

Peu de films accessibles en France traitent de la Guerre Froide après les années 90. À travers son adaptation du livre « Os ultimos soldados de la Guerra Fria » Olivier Assayas présente le dernier bastion de cet affrontement idéologique : Cuba. Pour cela, le réalisateur français pose sa caméra à Miami où en 1998, l’affaire des « Cuban Five » défraie la chronique. Cinq officiers des renseignements cubains infiltrés sont arrêtés en Floride pour espionnage à l’égard de l’armée américaine ainsi que de citoyens américains suspectés de lutter contre Fidel Castro depuis les États-Unis. À Cuba, ces « cinq héros » sont célébrés pour avoir empêché de nombreux attentats qui auraient mis à mal la faible situation économique de l’île. « Traîtres ou héros ? », c’est toute la question du film.


Pour incarner ces derniers soldats et leur famille, le réalisateur français s’est entouré d’un casting latino-américain cinq étoiles. Le vénézuélien Edgar Ramírez est le personnage principal de cette histoire, un pilote de l’armée cubaine quittant sa femme (la magnifique Penélope Cruz) et sa fille pour aller à Miami intégrer les rangs des anti-Castro. Il est accompagné dans sa tâche par le brésilien Wagner Moura (l’impitoyable Pablo Escobar de la série « Narcos ») qui tombe amoureux de la seule cubaine de la distribution, Ana de Arma (récemment vue dans le film « À Couteaux tirés »). Tous sont sous les ordres du toujours excellent mexicain Gael García Bernal, cerveau de « l’Opération Guêpe ».

« Wasp Network », en version originale, est tirée d’une histoire vraie – Allociné

Un thriller politique

Cuban Network épouse différents genres de cinéma. En effet, le film oscille entre le grand film politique et le thriller. Fable sur l’idéologie employée de chaque côté pour sauver le pays, l’engagement flou des américains dans cette histoire ou encore les images d’archives (dont une interview tragi-comique de Fidel Castro en personne) donnent une ampleur politique à ce thriller. Il s’agit bien là du genre prédominant de ce film. Le scénario de ce thriller joue autour des non-dits dans les dialogues pour semer le trouble chez le spectateur. Qui sont ces personnes ? Pourquoi agissent-elles de la sorte ? Pensent-elles ce qu’elles disent ? Autant de questions, parfois sans réponses, qui viennent alimenter chaque retournement de situation.

Les différents changements perturbent parfois le spectateur, perdu dans tous ces décors mais aussi avec l’apparition de nouveaux personnages se rattachant à l’intrigue qui sont à peine présentés. Difficile également de s’attacher aux personnages , à l’exception de l’esseulée mère Penélope Cruz, tant on ignore de chacun sa véritable personnalité. Ne pas s’attacher est une partie intégrante de l’histoire du film et les personnages le rendent très bien au spectateur, qui doit lutter pour ne pas décrocher de cette intrigue à différentes échelles. Olivier Assayas réalise ici un film bluffant à la mise en scène plus sobre et plus dynamique qu’à son habitude. Sans manichéisme ou ni critique mal à-propos, il tisse une toile déroutante sur un pan méconnu de l’affrontement entre Cuba et les États-Unis. Une petite histoire dans la grande.