Couvre-feu: les cinémas cherchent la parade

0
127
Le cinéma se sortira-t-il de cette crise ? / ©Flickr

Très fortement touché par la crise sanitaire, le secteur de la culture peine à se relever. Les cinémas concernés par le couvre-feu s’inquiètent pour leur avenir. Décryptage d’une relation quasi impossible.

Les reports s’enchaînent, la peur grandit. La Covid-19 continue de ralentir l’économie de tous les secteurs, et la culture n’y échappe pas. Fermées pendant plus de trois mois durant le confinement, les salles de cinéma instaurent tous les moyens possibles pour renouer avec leur public. Rediffusion de grands classiques, places à tarif réduit : tout est réuni pour inciter à retrouver les salles obscures l’esprit tranquille. Et pourtant.
Depuis plusieurs semaines, l’épidémie de Covid fait ressurgir les difficultés du début d’année. La mise en place d’un couvre-feu de 21h à 6h dans 54 départements de l’hexagone fait avorter les séances les plus importantes de la journée: celles de 21h. Mais après les décisions vient le temps des négociations.

« Les villes concernées représentent 40% des entrées sur le territoire »

Il existe toujours un espoir. Au lendemain des annonces du gouvernement, les représentants des exploitants de salles de cinéma ont rédigés une requête auprès du Ministère de la culture.
L’idée est simple, « le ticket de cinéma, de théâtre ou de spectacle est synonyme d’attestation de sortie dans les villes concernées. Elles représentent, par ailleurs, 40% des entrées sur les territoire », expliquait Richard Patry, président de la Fédération nationale des cinémas français, aux Inrocks.
Présenté au gouvernement, ce plan présente différents avantages: les retours chez soi sont étalés, le secteur peut continuer à survivre et les forces de l’ordre peuvent contrôler plus simplement.
Le 16 octobre, le Premier ministre Jean Castex s’opposait avec fermeté à toutes les mesures envisagées par le secteur culturel. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot n’a rien pu faire: les cinémas paniquent.

Le secteur continue de se battre

Les représentants des différents pôles culturels ont accepté, non sans inquiétude, les annonces gouvernementales. Pour un temps seulement. Quatre jours après, ils sont revenus à la charge avec la même volonté: les spectateurs pourront rentrer chez eux après 21 h grâce à leur ticket.
Mardi, une table ronde organisée par la commission Culture du Sénat sera consacrée à la situation délicate que vivent les salles de spectacle, de cinéma et de théâtre en France.
Dans un communiqué, la commission explique que cette réunion, diffusée en direct sur le site internet du Sénat, permettra « d’évoquer la situation préoccupante de ces lieux de culture particulièrement éprouvés par les mesures prises par le gouvernement depuis mars dernier dans le cadre de la gestion. » À la fin de ces échanges, le secteur sera fixé sur son avenir.
Clap de fin pour les séances du soir? Réponse ce mardi.