Confinement : la libido prend l’eau

0
1981
Selon plusieurs études, la période de confinement a entraîné une baisse d'environ 20% des rapports sexuels au sein des couples français. ©Anna Thomasson

En couple ou célibataire, le confinement a un impact sur la sexualité des Français. On a rencontré plusieurs personnes pour qui le quotidien intime a été chamboulé…

« Avant le confinement j’étais libre de coucher avec qui je voulais. Je pouvais rencontrer du monde dans des soirées, mais avec le Covid ce n’est plus possible ». Léna*, étudiante à l’INSA , se confie : « J’ai de la chance, nous sommes dans un campus assez libre où je peux garder contact avec mon groupe d’amis. Faute de mieux, mes amis d’hier sont devenus mes sex-friends d’aujourd’hui ». Beaucoup de gens n’ont pas cette liberté là et se retrouve donc 24 heures sur 24 avec l’être aimé. « Il n’y a rien de moins libidineux que d’être toute la journée l’un sur l’autre en pyjama à regarder Netflix », affirme Marc Gabrielli, médecin et sexologue à Beausoleil. Il est convaincu que l’aspect distance joue sur cette baisse d’envie : « Ce qui fait le désir dans un couple c’est le sentiment de distanciation, de manque et là ce n’est pas possible. Lorsque les gens partent travailler, ils se font beaux, ils s’apprêtent, ils se maquillent. Le soir en rentrant, le désir est présent car le manque s’est créé durant la journée ».

La frustration, symptôme du Covid

Joseph*, 54 ans, travaille dans le milieu médical et côtoie des malades tous les jours. « Depuis le début de la crise sanitaire, je n’ai plus eu un seul rapport sexuel avec ma femme. Vu que dans mon métier, il y a le risque que j’attrape le virus, elle ne veut plus rien faire avec moi ». Un sentiment amer partagé par Antoine* : « C’est le néant au niveau sexuel ! Ma copine est confinée chez ses parents et c’est à plus de 20 kilomètres de chez moi, donc je ne peux pas m’y rendre ». Dans le cas d’Antoine, le manque est présent et c’est cela qui génère la frustration. Comme le fait remarquer le docteur Gabrielli : « Le manque, c’est l’essence même du désir dans un couple. Il peut générer de la frustration si la durée de séparation est trop longue. Dans le cas contraire, il s’avère bénéfique face à la routine qui a tendance à s’installer dans une relation ».

De plus en plus dur d’être célibataire

Les bars et les restaurants sont toujours fermés et avec eux la possibilité de faire de nouvelles rencontres. Les applications de rencontre sont disponibles, mais que faire quand les autorités nous déconseillent de voir du monde ? Robert*, un libertin quadragénaire est dépassé par la situation : « Pour moi la baisse de libido est logique. Avec le Covid le stress augmente. J’ai l’impression d’être pris en otage face à un ennemi invisible ». Killian préfère en rire : « Mon activité sexuelle se résume en une seule chose, m’astiquer la nouille frénétiquement, une fois tous les deux jours ».

*Par souci d’anonymat, les prénoms ont été modifiés