Cândido Godói, la ville où l’on voit double

0
200
Plus de 100 paires de jumeaux sont nés à Cândido Godói depuis 1963. - © L.G

Cândido Godói est une petite ville du Brésil qui peut faire perdre la tête à plus d’une personne. La cause ? Son nombre élevé de double. Elle est appelée « la capitale des jumeaux ». Plongez au cœur de la ville aux nombreux mystères.

Lucia Gronitzgi est une brunette âgée de 33 ans, elle a des enfants et une jumelle. Jusque-là rien d’anormal, elle vit aujourd’hui une vie paisible à Feliz, au Brésil. Lucia a été soumise à des tests. Ce qui la rend si spéciale, c’est qu’elle et sa sœur, Luciane, sont nées le même jour à Cândido Godói. « Une petite ville, tranquille », décrit Lucia. « La capitale des jumeaux », l’appelle-t-on. Un taux anormalement élevé de jumeaux monozygotes (appelés les « vrais jumeaux ») est présent dans cette ville du sud du Brésil. 1 naissance sur 5 concerne la gémellité. Sur 7.000 habitants, il existe environ 68 doubles. C’est particulièrement à Linha Sao Pedro, une communauté rattachée à Cândido Godói, près des frontières de l’Argentine et du Paraguay, que cela se passe. « Mon père avait des oncles jumeaux, ma mère avait des tantes jumelles. J’ai quatre cousins jumeaux, Márcio et Marcelo ainsi que Raquel et Daniel. Deux des nièces de ma mère ont aussi des jumeaux », explique la Brésilienne, avant de souligner « que tous ces cas de jumeaux dans ma famille se sont produits de manière naturelle ».

De gauche à droite. Luciane, Lucia, leur cousine Raquel et son jumeau Daniel, leurs cousins Márcio et Marcelo. ©L.G

Cette petite ville brésilienne a été fondée au XIXè siècle par des germaniques. La capitale des jumeaux est, aujourd’hui, composée de 80 % de descendants de colons allemands. En plus du portugais, ils parlent un patois semblable à celui de la région de Hunsrück, à côté de Francfort. Ses habitants vivent de l’agriculture, et notamment du soja, leur ressource première. Linha Sao Pedro compte 10 fois plus de jumeaux que la moyenne au Brésil. « Ma sœur et moi pensions qu’il était normal d’être jumeaux. Dans l’école que nous avons fréquentée, il y avait beaucoup de doubles. Nous avons même été surprises par des camarades qui n’en avaient pas. Je me souviens que nous avions demandé à un garçon où se trouvait son frère jumeau et il nous a répondu qu’il n’en avait pas. Nous avions 4 ou 5 ans », raconte, amusée, Lucia.

Des théories non-confirmées

L’histoire de ces jumeaux intrigue beaucoup, notamment les chercheurs, qui peinent à trouver la cause de ces gémellités répétées. « Aucune conclusion définitive n’a encore été tirée. Il n’y a, pour l’instant, que des hypothèses », met en garde Lucia. L’eau du puits de Linha Sao Pedro, appelé source de fertilité des jumeaux est l’une des probabilités et Inercio Angst, président de l’Association des jumeaux en est sûr. Pour lui, des minéraux contenus dans l’eau seraient à l’origine de ces paires. Il évoque, dans un reportage sur France 24 un mystérieux souvenir : « J’ai envoyé deux petits verres en Europe à une amie qui n’arrivait pas à avoir d’enfant. Elle est tombée enceinte et elle a eu des jumeaux ».

Les scientifiques de la région, eux, penchent sur un gène répandu dans la ville, le P52. Il serait dû à la consanguinité de la communauté, très courante et permettrait aux femmes d’avoir des jumeaux beaucoup plus facilement. Le docteur de la ville, Anencir Flores Da Silva, qui a vu naître plus de 1.000 jumeaux pendant sa carrière, émet un doute quant à cette dernière hypothèse. « La raison scientifique, c’est l’isolement génétique mais normalement les jumeaux devraient naître avec un défaut physique, une anomalie. Et pourtant rien », explique-t-il à France 24.

La théorie du médecin et ancien maire de Cândido Godói serait basée sur la venue de Josef Mengele, docteur nazi, dans la région. D’après les témoignages des habitants, dans les années 60, l’allemand se faisait appeler Rudolph Weiss et disait être vétérinaire. En réalité, Hitler lui avait demandé de créer une armée aryenne. Pour que cela aille plus vite, il devait trouver le moyen de faire naître des jumeaux, raconte l’historien Jorge Camarasa dans son livre Le mystère Mengele. « Il allait de maison en maison, observait les femmes avec des varices et leur donnait à boire une mixture contenue dans une bouteille qu’il portait toujours avec lui ou des pilules. Parfois il offrait des services de dentiste et tout le monde se souvient qu’il prélevait même du sang », raconte perplexe Anencir da Silva à Sputnik France. C’est à ce moment-là que le pic de naissances des jumeaux a lieu et la plupart d’entre eux avaient des cheveux de couleurs clairs et des yeux bleus. « Nous avons participé à de nombreuses recherches. Moi, je crois au facteur génétique », précise la jumelle.

La fête des jumeaux reportée cette année

Luciane et Lucia lors de la fête des jumeaux, en 2014. ©L.G

La ville reçoit chaque année beaucoup de visiteurs et notamment lors de la fête des jumeaux. Tous les deux ans, la municipalité organise une grande célébration, invitant tous les doubles nés à Cândido Godói. « Cette fête est née pour commémorer ce phénomène. Nous y avons toujours participé. La journée commence par une messe dans l’église de St. Peter’s Line. Ma sœur et moi participons généralement à la lecture de la messe ». Les jumeaux sont inscrits sur le registre civil, puis vient le déjeuner. L’après-midi, la fête continue avec de la musique et de la danse. Pour l’occasion, les jumeaux s’habillent de la même manière. Mais cela ne change pas de d’habitude, tout le monde les confond : « À l’école, les professeurs nous confondaient. Les pauvres ! Nos camarades aussi. Parfois, quand je vais en vacances chez ma sœur, elle me prête ses vêtements. C’est très drôle parce que mon beau-frère vient me voir en pensant que c’est elle. Parfois, même nos enfants nous confondent », rigole Lucia. La fête des jumeaux devait avoir lieu le 19 avril 2020, mais a été annulée à cause du coronavirus. Pour l’instant « aucune date n’a été fixée », se désole la Brésilienne. Une tragédie pour cette ville qui est « un endroit très accueillant. Ils préparent cette fête avec beaucoup de simplicité et de fierté ».

Pour mieux comprendre l’histoire de cette ville, voici une infographie à lire en 3 minutes chrono

___________________________________________________________

Rassemblement des « Deux et plus » à Pleucadeuc dans le Morbihan

Les doubles ne sont pas célébrés seulement dans la capitale des jumeaux, puisque Pleucadeuc, dans le Morbihan, les fête tous les 15 août. C’est en 1994 que le grand rassemblement des « Deux & Plus » voit le jour, organisé par Alain Launay. Initialement, c’était une fête aérienne qui devait avoir lieu mais celle-ci est annulée. Celui qui est aujourd’hui maire de la ville décide d’organiser une réunion pour ses jumelles. En surprise, il décide de rassembler tous leurs amis gémeaux. Avec sa femme, ils s’étaient rendu compte que les doubles se comprenaient entre eux, nouaient des relations très fortes et qu’ils aimaient se rencontrer. Ce qui devait être un petit rassemblement amical est devenu un événement, puisque 400 personnes (jumeaux et triplés) y ont participé. Aujourd’hui, ce sont plus de 1.500 doubles ou triples qui se rassemblent tous les 15 août.